A la Une

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Entre les miniers et l’État congolais, ce n’est pas encore le langage des sourds. Mais à...

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

La vérité va certainement éclater dans les prochains jours sur le double meurtre de deux experts...

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Le message de l’assemblée plénière ordinaire de la CENCO adressé aux Congolais, le 23 juin,...

Double enquête

Double enquête

Les provinces du Kasaï ont connu une tragédie qui exige que justice soit faite aux victimes des...

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

«L’étendue des atrocités, des destructions et des souffrances infligées aux populations...

Imprimer

Révision de la Constitution : l’ONU s’oppose

Écrit par LE POTENTIEL. Publié dans A la Une

Région des Grands Lacs

L’on craignait Russ Feingold, envoyé spécial des Etats-Unis dans les Grands Lacs, pour ses déclarations fracassantes. Mais, revoici, Saïd Djinnit, envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies, qui enfonce le clou, en embouchant le message de l’émissaire d’Obama. Dans une déclaration faite sur les antennes de RADIO France international, le diplomate algérien conseille aux pays des Grands Lacs, dont la RDC, d’éviter toute modification de la Constitution. Ce qui complique davantage la tâche à la Majorité présidentielle qui ne jure que par la modification de la Constitution du 18 février 2006, pour mieux négocier l’échéance de 2016.



L’équation de la révision constitutionnelle se complique au jour le jour. Et, la Majorité présidentielle, qui ne jure que par cette révision, a de plus en plus du mal à faire passer son projet. En interne, le cercle des opposants à la révision de la Constitution s’élargit davantage. Mais, c’est sans compter avec les lignes qui se rétrécissent en externe.

Les Etats-Unis sont de ceux qui ont marqué ouvertement leur opposition à tout projet de modification de la Constitution. Les déclarations de Russ Feingold mettent généralement mal à l’aise les tenants de la thèse de la révision de la Constitution qui se recrutent dans la Majorité présidentielle. Et, comme s’il n’en suffisait pas, les Nations unies viennent d’emboiter le pas au message maintes fois véhiculé par Washington.

En effet, dans une déclaration diffusée la semaine dernière sur les antennes de RFI, Saïd Djinnit, envoyé spécial de Ban Ki-moon dans la région des Grands Lacs, a révélé ce qu’il faut considérer désormais comme la position officielle des Nations unies. Il a fait savoir que les Nations unies ne s’inscrivent pas dans une démarche de révision de la Constitution dans la région des Grands Lacs.

« La position de principe de l’ONU sur ce sujet, c’est d’encourager les Etats à respecter les constitutions et à créer les conditions les plus propices pour la tenue de l’élection démocratique et pacifique », a clairement indiqué l’envoyé spécial de Ban Ki-moon dans la région des Grands Lacs. Saïd Djinnit a fait cette déclaration en marge d’une réunion spéciale qui regroupait la semaine dernière à New-York (Etats-Unis) les pays signataires de l’accord-cadre d’Addis-Abeba sur la paix dans l’Est de la RDC.

LA RDC DANS LE VISEUR

Bien qu’impersonnel, son message vise essentiellement des pays tels que la RDC, le Burundi, le Congo/Brazzaville et le Rwanda. Ces pays ont un dénominateur commun. La plupart de présidents en poste arrivent fin mandat. Et, leurs Constitutions respectives leur interdisent de briguer un nouveau mandat. Leur issue de secours est la modification des articles de la Constitution qui verrouillent ce mandat.

Pour le cas spécifique de la RDC, la Majorité au pouvoir se bat pour obtenir la modification de la Constitution, spécialement en son article 220 qui limite le mandat du président de la République.

Dans les milieux de la Majorité, l’on s’agite donc pour faire sauter ce verrou. A défaut de la modification de l’article 220 de la Constitution, la Majorité étudie l’hypothèse d’un changement de la Constitution. Ce qui, pensent ses stratèges, pourrait ouvrir la voie à la 4ème République. Ce qui, logiquement, estiment-ils, devait permettre à l’actuel président de la République et autorité morale de la Majorité, de se représenter en 2016 sans qu’il ne tombe sous le coup d’une restriction constitutionnelle.

Dans ces conditions, l’on est en droit de se poser des questions. Est-ce que la Majorité fera-t-elle fi de tous ces appels de la communauté internationale ? Est-elle alors prête à engager un bras de fer avec tous ceux qui, en interne et en externe, s’opposent à tout projet de révision de la Constitution ?

Il est prématuré de répondre à ces questions. L’on sait d’ores et déjà que la Majorité ne sera pas indifférente à tous les sons discordants qui entourent son projet. Elle ne sera pas non plus tentée de se lancer en cavalier solitaire.

Pour ce faire, elle devra donc resserrer ses rangs afin d’avoir des garde-fous nécessaires pour se protéger contre des foudres qui pourraient s’abattre sur elle. Mais, la bataille promet d’être rude. Car, même dans son propre camp, le projet de révision de la Constitution ne fait pas l’unanimité. Est-ce pour autant qu’elle va renoncer à son projet. Difficile à prédire.

Revue stratégique de la Monusco

Preuve que les Nations unies sont en voie de réorienter leur présence dans les Grands Lacs, une importante mission de l’ONU est attendue en novembre 2014 en RDC où elle va « procéder à la revue stratégique de la Monusco en RDC, qui s’inscrit dans la droite ligne d’une vision transversale d’autant plus qu’elle concerne toutes les missions d’opération de maintien de la paix ».

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon qui l’a annoncé jeudi 25 septembre 2014 à New-York cours d’un entretien au siège des Nations unies, a renouvelé  au président Joseph Kabila le soutien des Nations Unies aux « efforts du gouvernement congolais dans la consolidation de la paix et de l’accélération du processus des réformes entreprises dans le pays ».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook FanBox