A la Une

Conseil de sécurité : She Okitundu dans le déni de la réalité

Conseil de sécurité : She Okitundu dans le déni de la réalité

«Il n’existe aucune manœuvre pour retarder la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre...

Répartition des postes ministériels: Grande bousculade au Centre interdiocésain

Répartition des postes ministériels: Grande bousculade au Centre interdiocésain

Alors que la clé de répartition est connue depuis janvier 2017, les postes ministériels à...

Violences dans le Grand Kasaï : HRW interpelle le Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Violences dans le Grand Kasaï : HRW interpelle le Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Les violations des droits humains à grande échelle se sont amplifiées en République...

Un mandat pour les élections

Un mandat pour les élections

La République démocratique du Congo doit faire face à un enjeu crucial cette année : la...

Des experts chinois et congolais évaluent les projets financés par Exim Bank

Des experts chinois et congolais évaluent les projets financés par Exim Bank

Des relations économiques entre la RDC et la Chine sont au beau fixe. Les deux parties...

Imprimer

Lubumbashi : destruction des constructions anarchiques au cimetière de Kamasaka

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

Des maisons ont été construites anarchiquement au cimetière de Kamasaka, au quartier Luwowoshi, dans la commune Annexe à Lubumbashi par des personnes sans foi ni loi qui ont procédé à la profanation des tombes en détruisant plusieurs croix, même celles qui datent du mois de décembre 2016.

Aussitôt informé de cette situation, le bourgmestre de la commune Annexe Kahozi, Bin Malisawa, s’est rendu sur les lieux pour le constat et a ordonné à la destruction de ces maisons, œuvre des hors-la-loi qui n’ont aucune notion de respect dû aux morts.

Il a lancé une sévère mise en garde contre toute personne qui s’hasarderait à occuper une portion de terre dans le cimetière.

Le cimetière de Kamasaka est toujours opérationnel et quelques personnes de la ville de Lubumbashi continuent d’inhumer les leurs et la profanation des tombes est une infraction passible des peines de servitude pénale allant de six mois à cinq ans, rappelle-t-on.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Du 28 au 30 mars 2017, des décideurs africains de tous bords se recentrent à Abidjan (Côte d’Ivoire)  sur la « mise en œuvre des plans d’émergence en Afrique ». Une conférence à laquelle la RDC devrait...