A la Une

Belges et Français protègent des « infiltrés »

Belges et Français protègent des « infiltrés »

La nouvelle liste de personnalités visées par des sanctions ciblées de l'Union européenne tarde à...

Akinwumi Adesina : « Le temps est arrivé de créer la révolution verte en Afrique »

Akinwumi Adesina : « Le temps est arrivé de créer la révolution verte en Afrique »

Les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD), ouvertes en Inde le...

Kasaï : le drame humanitaire appelle à une intervention urgente du gouvernement Tshibala

Kasaï : le drame humanitaire appelle à une intervention urgente du gouvernement Tshibala

Une semaine après son investiture, le Premier ministre Bruno Tshibala assiste impuissant au drame...

Brebis galeuses

Brebis galeuses

Les autorités au pouvoir en RDC développent un discours souverainiste chaque fois qu’on leur...

Massacres au Kasaï : ONU, USA et Suède en quête de vérité

Massacres au Kasaï : ONU, USA et Suède en quête de vérité

Alors que l’Auditorat militaire général des FARDC s’apprête à débuter les audiences publiques...

Imprimer

Christian Mwando Nsimba élu président national de l’UNADEF

Écrit par Olivier Dioso.

 

L’Union nationale des démocrates fédéralistes (UNADEF) s’est choisi un nouveau président national afin de pourvoir à la vacance créée à ce poste par le décès de Charles Mwando Nsimba, survenu le 12 décembre 2016 à Bruxelles (Belgique). Il s’agit de Christian Mwando Nsimba Kabulo qui a succédé à son géniteur à la tête du parti.

Sur 109 votants, 107 ont placé leur confiance en Christian Mwando qui a donc été élu à la majorité absolue avec 98,17% des voix, son challenger Denis Tshibang Ntwan ayant obtenu une voix et un bulletin nul a été enregistré. Une élection organisée lors de la tenue de la session extraordinaire de la convention nationale.

A son investiture, le nouveau président de l’UNADEF, Christian Mwando, a salué le militantisme des membres de son parti qui consentent des sacrifices pour rester fidèles aux idéaux de l’UNADEF. Il a promis de poursuivre la lutte menée par Charles Mwando pour que triomphent la démocratie, la liberté et le développement pour lesquels il s’est battu toute sa vie.

Il a également déploré la traîtrise des camarades qui ont quitté le parti pour l’argent facile, tout en soutenant que le parti ne connaîtra plus ce genre de membres.

Christian Mwando a remercié les délégués venus de différentes fédérations. Sans oublier ceux des partis frères et amis qui ont rehaussé de leur présence cette cérémonie.

De son côté, le président national intérimaire de l’UNADEF et 1er vice-président national de ce parti, Mulenga Walelu Jean-Boniface, n’a pas eu tort d’inviter les électeurs « à opérer un choix judicieux et responsable en posant cet acte de haute portée politique ».

Il a rappelé la situation politique et institutionnelle atypique que traverse le pays : « le président de la République  qui a terminé son deuxième et dernier mandat constitutionnel depuis le 19 décembre 2016 ; l’Assemblée nationale a achevé le sien, le Sénat n’en parlons pas ; les négociations autour de l’arrangement particulier pour la mise en œuvre de l’Accord politique inclusif du 31 décembre 2016 piétinent ; le blocage de la part de la Majorité présidentielle (MP) persiste ».

Et de noter que, non seulement « la RDC ne semble pas prête à sortir de la zone de turbulence » mais aussi, devant une telle situation, « la clairvoyance, la capacité d’anticipation et les talents de fin négociateur de Charles Mwando Nsimba auraient été utiles et bénéfiques pour la nation congolaise », a-t-il regretté.

Pour sa part, le député honoraire Serge Kayembe, président du comité d’organisation des travaux de la Convention nationale de l’UNADEF 2017, a abondé dans le même sens en faisant remarquer que Charles Mwando Nsimba a tiré sa révérence « au moment où la scène politique  congolaise a besoin de lui ». Un homme « qui a marqué l’histoire du pays et qui a sacrifié 51 ans de sa vie au service de la Nation et du bien-être du peuple congolais ».

 

Il a indiqué que les électeurs sont des délégués de structure du parti. Ils sont venus du Haut-Katanga, du Lualaba, de la Lomami, du Tanganyika, du Kongo Central, du Kwilu, du Kwango, du Kasaï Oriental, du Kasaï Central, de Kinshasa, de la Mongala, du Maniema, de la France, de l’Allemagne, des États-Unis, etc.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les doyens de la faculté des Sciences pharmaceutiques ont procédé à la révision du curriculum de formation du pharmacien en vue de répondre aux besoins des soins de santé du pays et de l’adapter...