A la Une

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

La résistance s’organise

La résistance s’organise

Une stratégie commune pour obtenir le départ du régime de Kinshasa avant la fin de l’année, voilà...

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Le dernier rapport des Nations unies sur la RDC, rendu public le dimanche 13 août et présenté...

Toute la vérité

Toute la vérité

Les violences et violations des droits de l’Homme en République démocratique du Congo ont pris...

3ème dialogue : l’UDPS non partante

3ème dialogue : l’UDPS non partante

Après avoir secoué dans tous les sens l’UDPS par la nomination de Samy Badibanga, suivie de celle...

Imprimer

Télécoms : le réseau de la fibre optique Kinshasa-Katanga à l’arrêt

Écrit par Olivier K. Publié dans Economie

Les têtes risquent de tomber, si on n’y prend garde. Le comité de gestion de la Société commerciale des postes et télécommunications (SCPT) doit se démarquer de ses prédécesseurs, au risque de subir le même sort.

 

Plus de trois mois après l’installation du comité Patrick Umba, la Société congolaise des postes et télécommunications (SCPT) fait face à des défis importants. Entre autres, la coupure du réseau de la deuxième phase de la fibre optique dans le tronçon compris entre Kinshasa et l’ex-Katanga. Cette ligne est coupée au niveau de Likasi depuis bientôt trois mois. Et le comité de gestion de la SCPT est incapable de rétablir cette liaison. Ce qui n’enchante pas les opérateurs des télécoms en RDC. Rn tête de liste, il y a Vodacom Congo qui se retire de la liaison à problème. Un manque à gagner pour le Trésor public.

Des sources proches du dossier renseignent que dans ces conditions, la SCPT se voit obligée de rembourser le prêt lui octroyé par une banque chinoise, à hauteur de 221 millions Usd à partir de 2018, dont les intérêts sont dus au deuxième trimestre 2017.

« Aucun revenu n’étant comptabilisé à ce jour sur cette deuxième phase de la fibre optique, le contribuable congolais devra à nouveau payer les frais. L’on s’interroge donc sur les raisons qui poussent les gouvernements successifs à ne pas tirer les leçons du passé quant aux gabegies financières déjà enregistrées dans le secteur », s’est interrogé un syndicaliste qui a requis l’anonymat.

Il y a quelques mois, le comité de gestion précédent a mené, tambour battant, un vaste programme dit de « raccordement des opérateurs mobiles à la fibre optique », avec l’appui des prestataires spécialisés en la matière. Des prestataires ont été priés de débarrasser le plancher sans avoir obtenu le paiement de leurs prestations. Ce qui présage déjà un procès à venir.

 

D’autres sources renseignent que depuis plus d’une semaine, le réseau de la première phase de la fibre optique (Kinshasa–Muanda) est également coupé. Comme si cela ne figurait parmi ses priorités, le directeur général ad intérim a préféré se rendre en Espagne, laissant les abonnés en désarroi. Ce comportement risque de lui coûter son poste comme plusieurs de ses prédécesseurs, étant donné que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est le gouverneur intérimaire du Sud-Kivu, Gabriel Kalonda, qui a déclaré officiellement l’épidémie de choléra dans sa province. Deux décès sont enregistrés jusque-là. Un comité de crise a été mis...