A la Une

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

RDC: La plateforme électorale de l’Opposition en gestation

RDC: La plateforme électorale de l’Opposition en gestation

En janvier 2017, la MP lançait à Kinshasa sa Centrale électorale pour se préparer aux...

Absence d’engagement

Absence d’engagement

La République démocratique du Congo a un défi majeur en 2018. Kinshasa devra organiser en...

Imprimer

Femmes, levez-vous

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Aujourd’hui, 8 mars, le monde célèbre la Journée internationale de la femme. En RDC,  plusieurs activités sont au rendez-vous. Mais, au-delà des festivités, les Congolaises – à qui on a consacré tout le mois de mars – doivent savoir  qu’il est temps de passer à l’action. Elles doivent  s’asseoir pour  discuter et débattre de leurs situations ; se poser des questions sur l’état des lieux de leur combat. Est-on, en train d’avancer ou on fait juste une marche à reculons ?

Bien plus, les femmes congolaises devraient capitaliser toutes les avancées engrangées jusqu’ici dans la promotion des droits et libertés liés à la gent féminine. La RDC a déjà mis à la disposition de la femme des lois favorables à leur épanouissement. Quitte aux femmes de saisir toutes ces opportunités pour leur épanouissement et celui de toute la société.

Sur le plan démographique, les femmes sont majoritaires. Unies et mises ensemble, elles peuvent influer sur les résultats des élections et permettre que la RDC se dote des dirigeants capables de sortir le pays du bourbier dans lequel il se trouve présentement.

C’est question d’avoir confiance en elles-mêmes. Même si elles sont victimes des violences, les femmes ont la responsabilité de changer les choses, car l’article 14 de la Constitution de la République leur donne le pouvoir.

Au lieu d’implorer la pitié des hommes en pleurnichant au quotidien, les Congolaises doivent faire fonctionner leurs cerveaux. C’est à ce prix qu’elles auront une place dans la société. Elles doivent s’impliquer dans les affaires de la société, et aussi de la politique du pays.

Pour autant, la formation ne doit pas seulement se limiter à envier les postes politiques, mais plutôt à s’autogérer et à donner le meilleur de soi pour transformer la société.

Ce 8 mars donc, trêve de discours. Il est temps que les femmes congolaises se lèvent et agissent. Sinon,  elles seront des éternelles candidates à la cuisine et à la maternité.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

En marge de la revue  annuelle du programme Voice, six ONG congolaises, dont Cosces, partenaires à l’ONG Cuso International ont fait le point vendredi 17 novembre du soutien et  de la contribution de...

Facebook FanBox