A la Une

2ème conclave de l’Opposition à Kinshasa : le Rassemblement vise l’alternance

2ème conclave de l’Opposition à Kinshasa : le Rassemblement vise l’alternance

Sorti groggy de la mise en application de l'Accord de la Saint-Sylvestre, le Rassemblement a...

La SADC recommande à la Céni de publier un calendrier électoral consensuel

La SADC recommande à la Céni de publier un calendrier électoral consensuel

La situation politique et sécuritaire en République démocratique du Congo a encore une fois été...

Sortie de crise en RDC : Majorité et Opposition font une interprétation sélective de l’article 64

Sortie de crise en RDC : Majorité et Opposition font une interprétation sélective de l’article 64

Dans l’incertitude d’organiser des élections apaisées, l’Opposition et la Majorité présidentielle...

Me Mukendi : « Une victoire pour la justice »

Me Mukendi : « Une victoire pour la justice »

Face aux arguments de droit avancés par la défense de Moïse Katumbi dans l’affaire qui l’oppose...

Sérieux handicap

Sérieux handicap

La crise politique en République démocratique du Congo continue de plonger davantage le pays...

Imprimer

Station pilote réceptionné, le dégazage du lac Kivu annoncé pour bientôt

Écrit par Olivier Kaforo . Publié dans A la Une

Des efforts continuent à être fournis dans le cadre du dégazage du lac Kivu. Dans les tout prochains jours, le danger de mort sera écarté, grâce aux efforts du gouvernement central en synergie avec des autorités provinciales.

 

Le processus d’exploitation du gaz méthane dans le lac Kivu entre dans une phase décisive avant l’exploitation proprement dite. La République démocratique du Congo vient de se doter d’une station pilote de dégazage du golfe de Kabuno, sur le lac Kivu. Ladite station a été réceptionnée, lundi 6 mars 2017 à Goma, par le ministre des Hydrocarbures, Aimé Ngoyi Mukena, des mains du responsable de l’entreprise Limnological Engeneering. La réception de cet engin s’inscrit dans le cadre des perspectives de rayer le lac Kivu sur la liste mondiale des « lacs tueurs ».

Dans son adresse de circonstance, le ministre des Hydrocarbures a indiqué que la réception de station s’inscrit dans la droite ligne de la phase prototype. Il a, par la même occasion, salué l’initiative relancée par le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongia depuis 2007. Ce, pour débarrasser le lac Kivu du gaz carbonique meurtrier dont la concentration est très élevée au niveau du golfe de Kabuno.

« Cette station constitue une étape importante, au vu de son efficacité inégalable », s’est réjoui Aimé Ngoyi Mukena. Il a ainsi invité toute la communauté de s’approprier l’engin, car, selon lui, la vie humaine en dépend.

Peu avant, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongia et son collègue du Sud-Kivu, Marcellin Cishambo Ruhoya ont, l’un après l’autre, eu les mots justes pour saluer à leur tour la matérialisation du dégazage du Lac Kivu.

« Le fait de rendre le site opérationnel est plus que salutaire en faveur des populations du Nord-Kivu ainsi que ceux du Sud-Kivu », a déclaré Julien Paluku. Selon lui, le dégazage du lac Kivu épargnera d’une mort par asphyxie, non seulement les hommes mais aussi les oiseaux, au vu de la forte concentration en dioxyde de carbone enfoui dans le golfe de Kabuno.

It/Unir des efforts

Julien Paluku a notamment loué la détermination des autorités congolaises avant de reconnaitre qu’il s’agit de plus de deux millions de vies humaines qui seront épargnées dans la sous-région comprise entre la RDC et le Rwanda, les deux pays ayant en partage les eaux du lac Kivu. « En cas d’une explosion, ce sont des milliers de vies humaines qui en pâtiraient », a-t-il fait observer. Pour le gouverneur du Nord-Kivu, la mise en œuvre du dégazage constitue un salut pour les populations riveraines du lac Kivu.

Pour sa part, le responsable de l’entreprise Limnological engineering a affirmé que sa firme a déjà fait ses preuves dans plusieurs pays en Afrique, principalement au Cameroun, dans les lacs Monoun et Nyos. Au regard de la menace de la forte concentration du gaz carbonique dans le golfe de Kabuno estimé à plus de trois milliards de m3, la profondeur ne dépasserait pas 12 mètres.

La firme qui exécute ce travail a besoin de la mobilisation de toutes les sensibilités, surtout quand on sait qu’avec son expérience avérée, tout va être mis en œuvre pour éradiquer toute sorte de catastrophe à partir des eaux du Lac Kivu.

Le golfe de Kabuno est situé au Nord-ouest du Lac Kivu, dans les eaux territoriales de la province du Sud-Kivu avec des eaux possédant des caractéristiques physicochimiques distinctes de celles du reste de ce lac partagé entre le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et la République du Rwanda. 

La teneur en gaz carbonique ou dioxyde de carbone (CO2) dissous dont la concentration est proche de la saturation à partir de 12 mètres de profondeur, pourrait être à la base d’un problème environnemental et sécuritaire dans la région environnante du golfe. Notamment à Sake du coté du Nord-Kivu et Minova dans le Sud-Kivu.

Selon les experts, une explosion possible du gaz carbonique pourrait entrainer la mort par asphyxie de la population estimée à plus de deux millions d’âmes ainsi que des dégâts très importants sur la biodiversité, à l’instar des lacs Monoun et Nyios au Cameroun. Des lacs qui ont fait respectivement 37 victimes en 1984 et 1746 victimes en 1986. La concentration du gaz carbonique qui devrait diminuer avec le dégazage, dans l’eau du golfe de Kabuno, est estimée à 1,5 litre de CO2 dans un litre.

Les experts affirment qu’avec le dégazage, le gouvernement vise la réduction d’explosion gazeuse, en éliminant progressivement et de manière inoffensive, les gaz dissous dans les eaux du Golfe de Kabuno pour les rejeter dans l’atmosphère.

Pour séquestrer le gaz dans l’atmosphère, le gouvernement a procédé au reboisement de 400.000 plantules, couvrant une superficie de 650 hectares au Nord-Kivu et 350 hectares au Sud-Kivu, en raison de 0,8% de gaz carbonique libéré.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Une fois de plus, les minerais du pays font l’objet d’une enquête de la par des Ong internationales. En interne, les commentaires vont dans divers sens....

Facebook FanBox