A la Une

Des experts chinois et congolais évaluent les projets financés par Exim Bank

Des experts chinois et congolais évaluent les projets financés par Exim Bank

Des relations économiques entre la RDC et la Chine sont au beau fixe. Les deux parties...

La maffia s’installe à la CENI

La maffia s’installe à la CENI

La Rédaction du journal Le Potentiel a mené des investigations sur la gestion à la...

Répartition des postes ministériels : chaudes empoignades entre MP et Rassemblement

Répartition des postes ministériels : chaudes empoignades entre MP et Rassemblement

Mardi, c’était la trêve au Centre interdiocésain où se tiennent les travaux sur l’arrangement...

Matungulu et Kiakwama chez Félix Tshisekedi

Matungulu et Kiakwama chez Félix Tshisekedi

Au Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, l’heure est au...

Massacres et fosses communes de Tshimbulu : Kinshasa dans le collimateur de la justice internationale

Massacres et fosses communes de Tshimbulu : Kinshasa dans le collimateur de la justice internationale

On a connu le drame du Kasaï à travers la vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux. Et...

Imprimer

Élections à tout prix

Écrit par Le Potentiel. Publié dans A la Une

L’objectif final des discussions directes en cours au Centre interdiocésain, et de la transition qui s’en suivra, est la tenue d’élections dont la présidentielle et les législatives nationales et provinciales sont prévues en décembre 2017. Toute la nation est suspendue à cet agenda du reste salutaire en vue de l’instauration de la paix et la démocratisation du pays.

 

La communauté internationale fait pression sur Kinshasa pour que les élections se tiennent conformément à l’Accord global et inclusif du 31 décembre 2016. Pour donner du répondant à cette exigence, le secrétaire général des Nations unies compte renforcer la présence de la Monusco sur l’ensemble du territoire national dans le but de sécuriser le processus électoral.

La sécurisation de ce processus devient de plus en plus une urgence au regard de la propagation des foyers de tension aux quatre coins du territoire national. Outre la partie Est de la RDC qui est en proie à l’insécurité quasi-permanente dans certaines contrées, l’espace Kasaï, le Kongo Central, à l’Ouest se sont ajoutés parmi les foyers de tension. La capitale Kinshasa n’est pas en reste, car la tension politique dans les états-majors des partis politiques, à la suite du décès d’Etienne Tshisekedi, président du Comité de sages du Rassemblement, est un risque majeur de perturbation du processus électoral.

Toutefois, il n’y a pas d’alternative à l’organisation d’élections en RDC pour sortir le pays de la crise politique artificielle, créée par la Majorité présidentielle obsédée par sa volonté de maintenir coûte que coûte son autorité morale à la tête de la République en violation de la Constitution. Tous les projecteurs sont donc braqués sur le pouvoir de Kinshasa qui ne doit pas se dérober de ses engagements dans le cadre de l’Accord de la Saint-Sylvestre.

Il y a donc urgence de mettre en place le gouvernement issu de l’Accord du 31 décembre 2016, c’est le seul qui a mission de mettre les bouchées doubles pour que les élections se tiennent en décembre 2017.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Deux véhicules transportant des sacs de maïs en provenance de kasumbalesa ont été incendiés mardi 21 mars par des jeunes en colère au quartier Matshipisha dans la commune Katuba  (Lubumbashi)....

Facebook FanBox