A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Le gouvernement appelé à présenter un plan d’urgence de la restauration de l’autorité de l’Etat

Écrit par Pitshou Mulumba le .

« Il faut résoudre la question de Kamuina Nsapu au centre du pays, en privilégiant l’approche du dialogue avec la communauté locale, résoudre également les conflits Pygmées-Bantous dans le Nord-Katanga et l’activisme des groupes armés au Nord-Kivu et au Sud-Kivu, etc., pour que toutes ces situations ne constituent pas d’hypothèque au processus électoral ». Cet appel est du député national Juvénal Munubo.

Au cours d’un entretien exclusif, hier jeudi 16 mars, avec le journal Le Potentiel, l’élu de Walikale appelle le gouvernement à présenter un plan d’urgence pour la restauration de l’Etat partout où se développent des foyers de tensions. « J’appelle, à cet effet, le gouvernement à prendre ses responsabilités. Et je compte initier le contrôle parlementaire durant cette session ouverte par des propositions d’audition des membres du gouvernement qui ont la charge sécuritaire du pays. Cela nous aiderait à garantir un processus électoral assaini du point de vue sécuritaire », a-t-il suggéré.

S’agissant de la conclusion de l’arrangement particulier à l’Accord du 31 décembre 2016, Juvénal Munubo estime que tout est question de bonne foi. « En une journée, on peut terminer les discussions sur l’arrangement particulier, encore qu’il ne reste que la désignation du président du CNSA. Et avec la restructuration qu’il y a eu au niveau du Rassemblement, on devrait déjà savoir qui est le prochain président du CNSA. Même pour le Premier ministre, cela ne devait pas poser problème. On n’a qu’à lire la lettre laissée par Etienne Tshisekedi parce que le nom du Premier ministre y est mentionné. Si la volonté politique ne souffre pas d’ambiguïté, tout devrait vite se terminer », a-t-il fait savoir. Et de poursuivre : « Je crois qu’il faut que la Société civile et même l’Opposition, bien que prenant part aux pourparlers, doivent maintenir la pression. Cela est très important pour éviter qu’on perde encore de semaines comme après la mort de Tshisekedi ».

Par ailleurs, avec l’ouverture de la session ordinaire de mars 2017 au Parlement, au-delà de la finalisation des lois pour les élections, l’examen du Budget 2017 et l’investiture du nouveau gouvernement, Juvénal Munubo table sur d’autres priorités. Il s’est exprimé en ces termes : « Sur le plan législatif, il y a le code minier qui est resté comme arriéré législatif. Ce texte est très important pour la transparence dans la gouvernance minière. Il y a aussi la loi sur les manifestations publiques. Cette loi est importante dans le processus politique, surtout que la volonté politique n’est toujours pas au rendez-vous. Sur le plan du contrôle, il faut un accent dans le secteur de sécurité. Les membres du gouvernement devraient nous présenter la vision de l’Exécutif national pour mettre fin à tout ce qui survient comme menace sécuritaire ».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.