A la Une

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Entre les miniers et l’État congolais, ce n’est pas encore le langage des sourds. Mais à...

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

La vérité va certainement éclater dans les prochains jours sur le double meurtre de deux experts...

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Le message de l’assemblée plénière ordinaire de la CENCO adressé aux Congolais, le 23 juin,...

Double enquête

Double enquête

Les provinces du Kasaï ont connu une tragédie qui exige que justice soit faite aux victimes des...

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

«L’étendue des atrocités, des destructions et des souffrances infligées aux populations...

Imprimer

La RDC présente son plan stratégique pour le développement du secteur minier

Écrit par Olivier Kaforo. Publié dans Economie

La République démocratique du Congo (RDC) s’active à remettre de l’ordre dans son secteur minier, afin que les populations congolaises en tirent aussi profit. Elle compte tout mettre en œuvre pour que le secteur soit mieux géré.

 

Désormais, la République démocratique du Congo (RDC) dispose d’un Plan stratégique pour le développement du secteur minier (PSDM) pour la période 2017-2021. La présentation ainsi que la validation de ce plan a eu lieu hier jeudi 16 mars à Kinshasa, à travers un atelier organisé par Promines, une structure sous tutelle du ministère des Mines. Il a également été question, au cours de cet atelier, de la présentation et de la validation de la stratégie nationale sur l’exploitation artisanale et de la mine à petite échelle (AEPE). L’atelier a été organisé avec l’appui de la Banque mondiale.

A l’issue de cet atelier, les documents présentés et validés seront soumis à la validation politique à deux étapes. Au niveau du comité interministériel de concertation de Promines, puis au gouvernement. Une fois politiquement validé, le document sera enfin transmis au ministre ayant le Plan dans ses attributions.

La présentation et la validation de ces documents s’inscrit dans le cadre du renforcement de la gouvernance du secteur des mines et l’augmentation de la contribution du secteur minier à l’accroissement de l’économie nationale.

Parmi les personnalités ayant pris part à cet atelier, l’on note des représentants du gouvernement central ainsi que ceux des gouvernements provinciaux, des membres de la Société civile ainsi que des experts indépendants.

Dans sa communication de circonstance, le coordonnateur national de Promines, Mabolia Yenga a circonscrit le cadre justifiant l’organisation de l’atelier.

« Dans le cadre du renforcement des capacités du secteur, Promines, avec l’appui de la Banque mondiale, avait financé en 2012, le recrutement du consultant. La firme Price water house coopers (PWC) a été retenue pour réaliser l’audit du cadre organisationnel et institutionnel du ministère des Mines. L’audit identifiait les différents problèmes qui plombent l’organisation, le fonctionnement et la performance de l’administration et des services spécialisés du ministère des Mines et épinglait certaines déficiences. Notamment l’absence d’une vision partagée et d’une stratégie pour une exploitation efficiente des ressources minières en RDC. A l’issue de cet audit, le consultant a formulé des recommandations assorties d’un plan d’actions », a-t-il indiqué.

Parmi ces recommandations, a-t-il ajouté, deux intéressent particulièrement le ministère des Mines. Notamment l’élaboration du plan stratégique et la redynamisation de l’audit tel que le recommandait le consultant.

Le PSDM préconise la conception d’une vision et l’élaboration d’une stratégie. La vision est sous entendue comme une représentation de ce que devra être le secteur minier, dans un futur bien précis. La même vision est également comprise comme un ensemble de programmes destinés à l’atteindre.

« Le projet Promines, financé par la Banque mondiale et sous tutelle du ministère des Mines, a comme objectif principal l’amélioration de la gouvernance du secteur minier et l’augmentation de sa contribution à la croissance économique et au développement durable au niveau national, provincial et local », a-t-il rappelé.

Pour sa part, le ministre des Mines, représenté par son directeur de cabinet, a relevé une coïncidence entre la volonté du gouvernement d’élaborer une stratégie nationale à même d’être alimentée par des stratégies sectorielles d’une part, et le manque d’une stratégie et d’une vision partagée dans la gestion de ce secteur minier, secteur clé de l’économie du pays, d’autre part.

Une coïncidence qui, selon le ministre des Mines, a constitué le creuset des démarches et réflexions qui ont conduit à l’élaboration d’une stratégie pour le secteur des Mines.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir