A la Une

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

L’hypothèse d’une transition sans le président Kabila gagne de plus en plus du terrain. Elle a...

Laissés pour compte

Laissés pour compte

La République démocratique du Congo traverse l’une des crises la plus dangereuse de son...

E. Macron, défenseur de l’Afrique

E. Macron, défenseur de l’Afrique

Pour son premier discours sous l’étoffe de président de la France devant l’Assemblée générale des...

Bal de chauves

Bal de chauves

De Kananga, sortira-t-il quelque chose de bon ? La question vaut la peine d’être posée. En...

Forum sur la paix au Kasaï : une fuite en avant

Forum sur la paix au Kasaï : une fuite en avant

Le forum pour la paix et le développement dans le Kasaï va s’ouvrir en présence du chef de l’Etat...

Imprimer

Tout boucler en une semaine

Écrit par Le Potentiel. Publié dans A la Une

La classe politique doit comprendre qu’elle n’a pas le droit de prendre tout un peuple en otage, pour quelques prétextes que ce soit. C’est alors qu’elle pourra décanter la situation sociale qui ne fait qu’empirer.

 

A la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cénco), où se poursuivent les travaux sur la mise en œuvre de l’Accord dit de la Saint-Sylvestre, les prélats interpellent les acteurs majeurs de la scène politique.

Et cette fois-ci, les évêques souhaitent que les parties prenantes aux discussions sur l’arrangement particulier avant la mise en œuvre de l’Accord de la Saint-Sylvestre tiennent compte de la souffrance des Congolais.

Chers politiques, vous êtes avertis. Tout doit se terminer en une semaine, pas plus. Et la qualité du travail à abattre sous la médiation des évêques ne doit être édulcorée sous aucun prétexte.

Ailleurs, dans de telles circonstances, toutes les énergies convergent en vue de la satisfaction des intérêts du peuple. Curieusement, en République démocratiques du Congo, l’amateurisme d’une bonne frange de la classe politique freine le déroulement normal des pourparlers

Les populations congolaises, elles, observent tous les faits et gestes. Et le moment venu, les sanctions tomberont. Chacun de ces « ventriotes » devra moissonner ce qu’ils auront semé.

Il est inadmissible que dans un pays où des milliers de citoyens meurent chaque jour, à cause des conditions de vie devenues intenables, des politiciens s’attardent sur l’accessoire. Rien que pour respecter les lois qu’elle a elle-même votées, la classe politique congolaise se montre intraitable. A la place, elle multiplie les actes de compromission et de reniements. Alors qu’à longueur des journées, tous prétendent parler au nom du peuple. Un peuple qui ne leur sert que de marchepied.

Au lieu de distraire le monde entier avec la querelle pour le partage des postes, nos chers politiciens doivent se montrer à la hauteur des espoirs que le peuple a placés en eux. Présentement, la raison qui justifie la signature de l’Accord de la Saint-Sylvestre, c’est l’organisation des élections libres, démocratiques, transparentes et apaisées. Or sur le terrain, le comportement de principaux acteurs démontre à suffisance qu’ils ne comprennent même pas le sens de leur combat politique.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

En décidant d’invalider les passeports semi-biométriques, le gouvernement de la RDC vient, une fois de plus, de prouver sa mauvaise foi dans la conduite des affaires....

Facebook FanBox