A la Une

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Savoir partir

Savoir partir

Pas de sang versé, respect de textes, certes, dans un contexte quelque peu étrange ! Le Zimbabwe...

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

Imprimer

La Dynamique de l’Opposition, une écharde dans la peau du Rassemblement

Écrit par LP le . Publié dans A la Une

Au Centre interdiocésain où ont repris depuis jeudi les travaux sur l’arrangement particulier à l’Accord du 31 décembre 2016, il y a une lueur d’espoir sur la voie qui mène à la mise en œuvre, le plus rapidement possible, de cet Accord. Ce qui n’occulte pas les tensions qui continuent de régner au sein du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement où se forge chaque jour la nouvelle direction menée par le duo Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi.

 

Des tensions au Rassemblement, il n’en existe plus réellement. Il y a cependant des poches résiduelles qui tardent à adhérer à la nouvelle dynamique. Le plus important est que le Rassemblement est parvenu à surmonter ses contradictions internes en renouvelant sensiblement ses structures. Mais, combler le vide laissé par Etienne Tshisekedi n’a pas été chose facile. On n’est pas passé loin d’une implosion de cette grande famille politique. Tant bien que mal, le Rassemblement se reconstitue – de la plus belle des manières.

Avec la reprise des pourparlers directs du Centre interdiocésain, le Rassemblement a retrouvé ses marques. La caution morale reçue de la Cenco (Conférence épiscopale nationale du Congo) qui le considère comme le seul interlocuteur dans la suite des discussions sur l’arrangement particulier devrait réconforter davantage le Rassemblement dans son format révisé.

Au Rassemblement, la grande tempête est passée. On tente pour le moment de colmater les brèches laissées par la fronde qui s’est formée autour de Joseph Olenghankoy. Parallèlement, l’aile utile de la Dynamique de l’Opposition qui se reconnaît en Martin Fayulu a bouclé la semaine dernière son conclave. De nouvelles directives ont été adoptées. Malheureusement, la Dynamique de l’Opposition s’est séparée de certains de ses pères fondateurs qu’on qualifie dans ses rangs de « virus ». Et ce sont les mêmes qui ont transposé leurs conflits au Rassemblement jusqu’à mettre en mal son équilibre.

Aujourd’hui, la Dynamique de l’Opposition passe pour une écharde dans la peau du Rassemblement. C’est une épine dont on devra se débarrasser, à tout prix, au risque de se constituer en un fardeau que le Rassemblement doit porter, malgré lui. 

L’on se rappelle qu’au départ de la fronde qui s’était créée, tout est parti de la dynamique qui, à défaut de laver son linge sale en famille, a fini par transposer le différend au Rassemblement. Aujourd’hui, c’est encore au sein de la Dynamique que couve une nouvelle crise qui, si l’on n’y prend garde, pourrait rebondir à tout moment.

Le Rassemblement doit donc se tenir sur ses gardes et conjurer cette tempête qui a comme épicentre la Dynamique. La Cenco qui continue à offrir ses bons offices pour la mise en œuvre de l’Accord de la Saint-Sylvestre a mis les bouchées doubles pour ramener à Limete, siège du Rassemblement, les frondeurs qui se sont alignés derrière Joseph Olenghankoy.

Quoiqu’il en soit, la Dynamique de l’Opposition est encore loin de panser ses plaies. Elle reste une véritable épine pour l’unité et l’équilibre du Rassemblement. Heureusement, toutes les neuf composantes signataires de l’acte de Genval ont, à l’unanimité, reconnu le leadership de la nouvelle direction politique du Rassemblement. Ce qui augure des jours meilleurs dans cette famille politique considérée, à ce jour, comme le dernier héritage d’Etienne Tshisekedi à l’opposition congolaise.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

N’étant pas convaincue des chiffres publiés par la Céni concernant l’opération d’enrôlement des électeurs, la CASE invite la Céni à plus de responsabilité de vérité....

Facebook FanBox