A la Une

Nikki Haley à Kinshasa : Un message fort de Trump à Kabila

Nikki Haley à Kinshasa : Un message fort de Trump à Kabila

Annoncée depuis la dernière assemblée générale des Nations unies, l’ambassadrice des Etats-Unis à...

Le démineur

Le démineur

Aussitôt que le témoin lui a été passé par son homologue angolais, le nouveau pilote de la...

Qui a bu boira

Qui a bu boira

À l’heure actuelle, accepter de travailler avec le gouvernement congolais, c’est porter un...

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

Imprimer

Prix littéraire Zamenga : le premier trophée décerné au professeur Serge Tshamala

Écrit par Christian Kalonji (stagiaire/Ifasic) le . Publié dans Culture

Avec son ouvrage intitulé « L’os d’albinos », l’enseignant au Collège Boboto a épaté tous les membres du jury composé d’experts.

 

Trois candidats sur sept viennent d’être déclarés « meilleurs écrivains » de la première édition du Prix littéraire « Zamenga Batukezanga 2017 ». Le professeur Serge Tshamala, du Collège Boboto, a remporté le premier Prix littéraire Zamenga Batukezanga. Il bénéficie également d’une enveloppe de mille dollars américains et d’une bourse de deux mois à la bibliothèque Wallonie-Bruxelles. Le deuxième Prix, accompagné d’une enveloppe de 500 dollars américains, a été attribué à M. Marshal Ayongo, pour son ouvrage intitulé « Les bottes noires ».  Le troisième Prix, accompagné d’une enveloppe de 300 dollars américains, est revenu à Mme Laurianne Matondo, pour son livre «La fille de ma mère ».

Les deux derniers lauréats ont bénéficié des ouvrages, don de la Délégation Wallonie-Bruxelles en République démocratique du Congo.

Les résultats ont été proclamés, le samedi 25 mars 2017, au cours d’une cérémonie organisée au Centre Wallonie-Bruxelles, à Gombe.

Le responsable de la bibliothèque au Centre Wallonie-Bruxelles, a lancé l’événement depuis le 7 novembre 2016, à l’occasion de la journée mondiale de l’écrivain africain. Ce, trois mois après la réception des textes de plus de 200 participants, leur lecture, sélection et délibération du jury.

Le Prix porte le nom de Zamenga, nom baptisé en reconnaissance de son exceptionnel apport à la culture congolaise, notamment en ce qui concerne la littérature. Le professeur Ngoma Binda, l’un des amis de Zamenga Batukezanga, a témoigné du parcours de l’écrivain. Après lui, des écoliers ont aussi, à leur manière, placé un mot sur la vie de Zamenga.

Ce moment de témoignage a aussi été marqué par des discours de M. Roberto, directeur du Prix Zamenga ainsi que celui du député Serge Alef.

Le jury, composé d’experts, à savoir Mme Yolande Oyebe, MM. Jean-Claude Twala et Richard Ali, a procédé à une délibération sans complaisance.                              

Les autres nominés sont  M. Brandame Bafalanga (« La dernière lettre de Marie-Louise ») ; Joslin Danga (« Larmes d’une enfance ») ; David Matasima (« Le cloître ») ; Mwamba Kashika Vil (« Randonnée des perfides »).

Se confiant à la presse, Serge Tshamala a déclaré : « Je suis très ému et content d’avoir remporté ce Prix. Je suis surtout flatté par les organisateurs qui, de façon désintéressée et sans rien gagner, ont voulu promouvoir la culture de notre pays».

 Par la même occasion, il a encouragé tous les jeunes qui aspirent à la littérature de continuer à écrire et surtout à croire en eux-mêmes.

 

Après la réussite de cette première édition, l’organisateur et responsable de la bibliothèque Wallonie Bruxelles, M. Richard Ali, a indiqué qu’il était « très ému et vraiment impressionné». Avant de poursuivre qu’« on ne s’attendait pas à un tel engouement de la population congolaise».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est une grogne qui ne dit pas son nom. Les présidents des assemblées provinciales n’en peuvent plus. Au point de lancer leur cri de détresse dans les médias. En escale à Kinshasa en attendant la...