A la Une

L’honneur perdu

Dans la province de l’Ituri, environ 200 Congolais sont morts mercredi 16 août à la suite d’un...

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Plus que jamais soudé derrière le tandem Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, le Rassemblement des...

Le refrain habituel

Le refrain habituel

La République démocratique du Congo a payé un lourd tribut de sa dépendance dans son industrie...

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

Au terme de son sommet, qui s’est clôturé dimanche en Afrique du Sud, la SADC (Communauté pour...

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

Imprimer

Des caissiers et trésoriers d’entreprises sensibilisés à la lutte contre la contrefaçon

Écrit par Olivier Kaforo. Publié dans Economie

Les mesures de sécurité doivent être renforcées pour lutter contre la contrefaçon. Pour se faire, la Banque centrale du Congo initie une série de sensibilisation. Plusieurs couches de la société sont visées.

 

Face à la contrefaçon qui gagne du terrain, la Banque centrale du Congo (BCC) a opté pour une sensibilisation à l’authentification de la monnaie nationale. Hier mercredi 5 avril, c’était le tour des caissiers et trésoriers représentant un échantillon jugé « représentatif » de quelques entreprises de la place.

Au cours d’un atelier organisé à ce sujet, des experts de la BCC ont inculqué quelques notions de base de la contrefaçon aux participants, de manière à leur permettre de distinguer le vrai billet de franc congolais du faux. Question de les outiller nécessairement face à cette menace qui risque de plomber le système économique congolais. Parmi les notions intériorisées, l’on note les matières relatives à la contrefaçon, ses conséquences ainsi que les moyens de lutte.

Les experts ont entretenu l’auditoire, entre autres, sur les généralités de la lutte contre la contrefaçon des billets de banque, aux caractéristiques et signes de sécurité sur les billets de franc congolais. Le processus d’impression des billets de banque ainsi que les moyens de lutte mis en place par la BCC ont également fait le menu du séminaire.

« La contrefaçon n’est pas seulement une affaire du franc congolais. Le contrefacteur peut opérer sur une monnaie de son choix. En termes de contrefaçon, le dollar américain et l’euro sont des monnaies les plus contrefaits du monde. La contrefaçon évolue de paire avec la technologie. La BCC consacre d’importantes ressources à la lutte contre le franc congolais », a déclaré le responsable de la direction de la trésorerie, Mulumba Musafiri.

Pour sa part, Didier Ngampuru, responsable du service de traitement des billets à la BCC, a indiqué qu’en RDC, la contrefaçon a pris des allures inquiétantes en début 2017, même si, selon lui, la quantité de billets contrefaits du franc congolais est, à ce jour, négligeable.

Parmi les méthodes pouvant amener à la détection des billets contrefaits, l’on note le filigrane, le fil de sécurité à fenêtre, le repérage à l’épair, le fond de sécurité, la numérotation fluorescente ainsi que les fibres marbrées.

Pour les billets de 10 000 Fc et 20 000 Fc par exemple, l’on doit se rassure que sur le filigrane, la tête de léopard est visible uniquement par transparence, à contre-jour. En dessous, il s’observe la valeur de la dénomination très contrastée.

Sur le vrai billet de franc congolais à valeur faciale élevée, le fil de sécurité à fenêtre apparaît au verso du billet sous forme d’une bande sombre, portant des micro-écritures avec codification automatique et variation des teintes.

Concernant la numérotation, sous le rayonnement ultraviolet, le numéro rouge devient fluorescent-orange et le noir fluorescent-vert.  

Depuis quelques semaines, les consommateurs font face à des billets de franc congolais contrefaits. À l’Institut d’émission, on invite les détenteurs de billets « douteux » de les déposer auprès de banques commerciales qui, à leur tour, ont la charge de les déposer à la Banque centrale du Congo. Celle-ci décidera en dernier essor sur l’authenticité du billet à problème.

Conformément à ses statuts, la BCC est l’institution qui dispose de pouvoir exclusif de battre et d’émettre la monnaie de la RDC. Toujours est-il que depuis toujours et à travers le monde entier, les articles de valeur, particulièrement les billets de banque, attirent constamment les contrefacteurs et les falsificateurs.

Des spécialistes affirment qu’aujourd’hui plus qu’hier, le développement des techniques de reproduction a conduit à une augmentation dramatique de la contrefaçon des billets de banque.

À la BCC, tout est mis en œuvre pour doter les nouveaux signes monétaires des éléments de sécurité les plus récents pour rendre difficile leur reproduction, tout en offrant au public la possibilité d’identifier facilement les signes d’authenticité de ceux-ci.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’honneur perdu
mardi 22 août 2017
Dans la province de l’Ituri, environ 200 Congolais sont morts mercredi 16 août à la suite d’un glissement de terrain. Le bilan est beaucoup plus élevé que celui communiqué par les autorités...