A la Une

Nikki Haley à Kinshasa : Un message fort de Trump à Kabila

Nikki Haley à Kinshasa : Un message fort de Trump à Kabila

Annoncée depuis la dernière assemblée générale des Nations unies, l’ambassadrice des Etats-Unis à...

Le démineur

Le démineur

Aussitôt que le témoin lui a été passé par son homologue angolais, le nouveau pilote de la...

Qui a bu boira

Qui a bu boira

À l’heure actuelle, accepter de travailler avec le gouvernement congolais, c’est porter un...

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

Imprimer

Répondant à l’appel du Rassemblement, la Monusco prête à offrir ses bons offices

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

La nomination de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre est un « non événement » pour le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. La plus grande frange de l’Opposition en République démocratique du Congo dit n’est pas être concernée par cette nomination qui s’écarte totalement de l’esprit et de la lettre de l’Accord du 31 décembre 2016. La désignation de l’actuel Premier ministre est une « conséquence des tripatouillages du pouvoir en place », dénonce le Rassemblement dans son communiqué daté du 9 avril 2017 et signé par son président Félix Tshisekedi Tshilombo.

 

Tout en réaffirmant son attachement à cet Accord et  s’appuyant sur la résolution 2348 du Conseil de sécurité, le Rassemblement a sollicité l’implication du Secrétaire général des Nations unies. Pour le Rassemblement, la mise en œuvre « effective et intégrale » de cet accord   est à ce jour « la seule feuille consensuelle » devant conduire à l’organisation des élections libres, démocratiques, apaisées et crédibles. Dès lors, aucune institution, fut-elle le Président de la République, ne peut se dérober de ce schéma, note le Rassemblement qui se reconnait au tandem Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi.

Répondant à l’appel du Rassemblement, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en RDC, Maman Sidikou, a accédé, hier lundi 10 avril, à la demande de l’Opposition. La Monusco est donc prête à offrir ses bons offices pour la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016.

 

Ci-dessous, la déclaration du Rassemblement.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

1. Le Rassemblement constate, que M. Joseph Kabila a, au mépris de la lettre et de l’esprit de l’Accord du 31 décembre 2016, procédé depuis ce 7 Avril 2017 à la nomination d’un Premier ministre. En agissant ainsi, M. Joseph Kabila a pris sur lui la lourde responsabilité de se soustraire unilatéralement dudit Accord.

2. Le Rassemblement considère donc que cette nomination est un non-évènement et qu’il n’est en rien concerné. Cette décision, qui n’a rien à voir ni avec l’Accord ni avec le Rassemblement, est une conséquence des tripatouillages du pouvoir en place, organisés autour d’individus instrumentalisés par celui-ci, au service de ses seuls intérêts, pour s’en servir ensuite comme faire-valoir fictifs d’un pseudo «Rassemblement» sorti droit du Palais de la Nation. Le seul mérite de cette décision est donc d’avoir mis au grand jour la connivence entre la soi-disant «dissidence» du Rassemblement et M. Joseph Kabila.

3.Le Rassemblement réaffirme pour sa part son ferme attachement à l’Accord politique du 31 décembre 2016, par ailleurs soutenu par la Résolution 2348 du Conseil de sécurité des Nations Unies du 31 mars 2017. La mise en œuvre effective et intégrale de cet Accord dans lequel l’ensemble de notre Peuple a fondé ses espoirs est à ce jour la seule feuille de route devant conduire à l’organisation des élections libres, démocratiques, apaisées, et crédibles, auxquelles M. Joseph Kabila ne peut en aucun cas concourir, et devant déboucher, d’ici au 31 décembre 2017, sur la première alternance démocratique en RD Congo.

4. Le Rassemblement indique à cet égard que la finalisation et la signature de l’arrangement particulier sont une urgence nationale pour rendre effectif cet Accord. Aucune Institution politique aujourd’hui, fut-elle le Président de la République, ne peut se prévaloir d’une légitimité démocratique, en dehors de la légitimité consensuelle convenue pour gérer de manière inclusive la période transitoire qui nous mènera à l’organisation des élections.

5. Le Rassemblement constate que M. Joseph Kabila, qui a perdu toute légitimité comme Président de la République depuis le 19 décembre 2016, a délibérément pris le parti de multiplier en ce moment pourtant critique, des manœuvres politiciennes qui enfoncent davantage la République démocratique du Congo dans le chaos. M. Joseph Kabila s’érige désormais en principal obstacle au processus démocratique, faisant de notre pays une zone instable et une menacé pour la paix et la sécurité internationale.

6.      Dès lors, le Rassemblement réitère son appel à la mobilisation générale du peuple congolais autour des manifestations pacifiques qu’il a décrétées, à commencer par la marche de soutien à l’accord, de protestation contre sa violation, et de condamnation des massacres en cours dans le pays, prévue pour ce lundi 10 avril 2017 sur l’ensemble du Territoire national. La suite de ce programme, qui va s’étendre jusqu’au 24 avril 2017, comprend des actions citoyennes, dont notamment une grande initiative en faveur de nos compatriotes qui souffrent le martyr dans le Kasaï. Les précisions à ce sujet seront communiquées en temps utiles.

7. Le Rassemblement, tout en remerciant le Conseil de sécurité des Nations Unies pour la sollicitude dont il a fait preuve dans la Résolution 2348 du 31 mars 2017 ainsi que l’Union Européenne pour sa Déclaration du 07 avril 2017, lance un appel au Secrétaire général des Nations unies de déclencher les bons offices prévus dans la Résolution susmentionnée, et à l’Union Africain afin de permettre une mise en œuvre effective et intégrale de l’Accord et prévenir ainsi le chaos dans lequel Joseph Kabila et son camp politique ont décidé de plonger la République démocratique du Congo et la sous-région.

 

Fait à Kinshasa, le 09 avril 2017

 

Pour le Rassemblement

 

Félix TSHISEKEDI TSHILOMBO

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est une grogne qui ne dit pas son nom. Les présidents des assemblées provinciales n’en peuvent plus. Au point de lancer leur cri de détresse dans les médias. En escale à Kinshasa en attendant la...

Facebook FanBox