A la Une

Belges et Français protègent des « infiltrés »

Belges et Français protègent des « infiltrés »

La nouvelle liste de personnalités visées par des sanctions ciblées de l'Union européenne tarde à...

Akinwumi Adesina : « Le temps est arrivé de créer la révolution verte en Afrique »

Akinwumi Adesina : « Le temps est arrivé de créer la révolution verte en Afrique »

Les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD), ouvertes en Inde le...

Kasaï : le drame humanitaire appelle à une intervention urgente du gouvernement Tshibala

Kasaï : le drame humanitaire appelle à une intervention urgente du gouvernement Tshibala

Une semaine après son investiture, le Premier ministre Bruno Tshibala assiste impuissant au drame...

Brebis galeuses

Brebis galeuses

Les autorités au pouvoir en RDC développent un discours souverainiste chaque fois qu’on leur...

Massacres au Kasaï : ONU, USA et Suède en quête de vérité

Massacres au Kasaï : ONU, USA et Suède en quête de vérité

Alors que l’Auditorat militaire général des FARDC s’apprête à débuter les audiences publiques...

Imprimer

Gestion au pifomètre

Écrit par Le Potentiel. Publié dans A la Une

On ne gère pas la chose publique comme sa ferme privée. La leçon en vaut la chandelle. Curieusement, en République démocratique du Congo, ceux qui ont érigé en règle la gestion prédatrice des biens de l’État prospèrent en toute impunité. Cette dépravation des valeurs fait en sorte que ceux qui gèrent l’argent du contribuable congolais peuvent tout se permettre, sauf remplir leur devoir d’État, celui d’assurer une justice distributive.

Il suffit seulement de suivre les dernières révélations de malversations à grande échelle dans la passation des marchés de production des passeports pour s’en rendre compte.À voir l’opacité de la vente des passeports au profit des individus, il y a de quoi tomber à la renverse.

Mais pour ceux qui suivent l’évolution de l’économie congolaise au cours de cette dernière décennie, ce n’est qu’une face révélée de l’Iceberg. Le mal est bien profond qu’il faut une cure de jouvence pour le guérir.

En effet, en cette période de pêche en eaux troubles, les gouvernants trouvent astucieusement des sommes colossales pour accomplir de sales besognes, notamment corrompre et débaucher les adversaires politiques pour se maintenir au pouvoir. La conséquence ? Dans un pays de plus de 70 millions d’habitants, seuls les invités à leur mangeoire se régalent à belles dents. Entre-temps, dans le Congo profond, la crise a atteint son paroxysme, au point que le peuple ne sait plus  sur quel pied danser.

Sur ces entrefaites, les politiques nous livrent une image macabre qui remet à la surface un passé lugubre de la dictature mobutienne.

À quoi sert-il de diriger par défi ? Pourquoi s’obstiner à pérenniser un système qui s’érige en bourreau du peuple longtemps exploité par les négriers et les colonisateurs d’abord, ensuite par ses propres fils.

 

Pour tout dire, les Congolais doivent se lever pour condamner les détournements continus des deniers publics consécutifs à la gestion au pifomètre, tolérée par les instances du pouvoir, ainsi que les conflits d’intérêt entretenus autour de cette mauvaise gouvernance.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les doyens de la faculté des Sciences pharmaceutiques ont procédé à la révision du curriculum de formation du pharmacien en vue de répondre aux besoins des soins de santé du pays et de l’adapter...

Facebook FanBox