A la Une

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Lundi dernier, à New-York, Nikki Haley, ambassadrice des USA à l’ONU a recadré le chef de la...

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC s’est invité, encore une fois, sur la table du Conseil de sécurité des Nations...

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Contre la volonté de la Céni d’imposer par tous les moyens la machine à voter lors des scrutins...

Des zones d’ombre

Des zones d’ombre

L’arrivée des bovidés, en décembre dernier, dans les provinces du Kwilu et Kwango, continue de...

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

Après les deux marches pacifiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018, le Comité laïc de...

Imprimer

Kasaï : deux militaires condamnés à 7 ans de prison pour viol

Écrit par L.P., Publié jeudi 03 aout 2017 le . Publié dans Brèves

Le tribunal militaire garnison de Tshikapa dans la province du Kasaï a condamné lundi 31 juillet deux militaires pour le viol de deux mineures. D’après des sources locales, les condamnés sont deux soldats des Forces armées de la RDC qui étaient placés au check-point de Kasala sur la route Tshikapa-Tshimbinda pour empêcher l’avancée des miliciens de Kamuina Nsapu.

En juin dernier, ils ont intercepté deux filles âgées de 14 et 15 ans qui se rendaient à Tshimbinda, avant de les violer dans la brousse. De retour à Tshikapa, les jeunes filles ont informé leurs parents qui ont saisi la justice.
A l’issue d’un mois de procès devant le tribunal militaire garnison de Tshikapa, les deux militaires écopent chacun de 7 ans de prison. Chacun doit également payer une amende de 4 000 dollars américains au titre de dommages et intérêts.
Les deux condamnés disposent d’une semaine pour faire appel. L’ONG Association pour la défense des droits des enfants et femmes opprimés (ADEDEFO), qui s’est constituée partie civile,  salue le verdict. Selon sa coordinatrice, Philomène Mwamba, ce type de verdict peut dissuader les potentiels auteurs de viol et réduire cette pratique dans la région.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’objectif est de contribuer à réduire la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans ainsi que de subvenir aux besoins nutritionnels de 12 000 femmes enceintes et...