A la Une

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

15 novembre 2017: La Police menace, la Monusco appelle à la retenue

15 novembre 2017: La Police menace, la Monusco appelle à la retenue

La journée de mercredi 15 novembre 2017 s’annonce très tendue. Des mouvements citoyens tels que...

Imprimer

Espace Bandundu : une nouvelle dynamique pour le développement socioéconomique de la juridiction

Écrit par Amédée Mwarabu, lundi le . Publié dans Provinces

Le réveil a sonné pour les fils et filles du Grand Bandundu. Le moment est venu de capitaliser toutes les énergies en vue du développement intégral de trois provinces qui forment cette région, à savoir le Mai-Ndombe, le Kwango et le Kwilu. C’est autour de l’Asbl « Espace Bandundu » que cette nouvelle dynamique est lancée.

Des sénateurs, députés, membres du gouvernement, mandataires publics, responsables d’entreprises, hauts cadres de l’administration ainsi des jeunes, mettant de côté toute coloration politique, ont résolu de lancer une nouvelle dynamique. Cela, dans l’ultime objectif de promouvoir le développement socioéconomique et culturel du Grand Bandundu.

C’est dans un cadre du centre événementiel Romeo Golf (Gombe) pris d’assaut par des groupes folkloriques du terroir, que l’Asbl « Espace Bandundu » a organisé, le vendredi 6 octobre, la cérémonie de lancement officiel de l’ONG devant des fils et filles du Grand Bandundu. Cette cérémonie a été rehaussée de la présence du président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, des députés, dont Marie-Ange Lukiana, et du ministre des Affaires foncières, Me Lumeya, tous, ressortissants de cette région.

Le coordonnateur national de l’Espace Bandundu, Alexis Nsikungu, a lancé un vibrant appel à tous les ressortissants de ces trois provinces de rassembler toutes les forces et de les canaliser vers des actions de développement du Grand Bandundu. « Notre association s’est fixé pour objectif principal de contribuer au débat public du développement économique et culturel de l’Espace Bandundu. Nous estimons, avec raison, que les liens sociologiques, culturels et économiques qui nous unissent vont au-delà du découpage territoire actuel », a-t-il déclaré.

Pour lui, « la société de l’ex-province du Bandundu est une mosaïque d’ethnies qui reflètent la richesse culturelle d’un grand ensemble solidaire. Pour l’intérêt  du plus grand nombre et s’inscrivant dans la durée, nous invitons donc tous les ressortissants de la province du Bandundu à dépasser les intérêts cloisonnés et à venir vers nous afin que notre action commune consolide et fasse grandir nos activités individuelles », a proposé Alexis Nsikungu.

Pour la dignité du Grand Bandundu

Le coordonnateur national est convaincu qu’une « mutualisation cohérente des actions va rendre au Grand Bandundu la dignité due à son rang de grenier agricole de la RDC ». « La province du Bandundu a un potentiel agricole énorme mais très largement sous-exploité. Avec 41% des terres arables de la République démocratique du Congo, moins de 5% de ces terres sont mis en valeur », a regretté Alexis Nsikungu.

Explorant les pistes de solutions pour le développement socioéconomique de l’Espace Bandundu, Alain Lungungu, en tant que membre fondateur de l’Asbl, a dressé un état des lieux de la province. Les défis de développement sont énormes dans cette région : déficit en réseau routier, en électricité, en desserte en eau potable, en industrie. D’une superficie de 295 658 km², soit 12% du territoire national, l’ex-province du Bandundu est peuplée de 9,5 millions d’habitants. Ses atouts économiques sont notamment ses 35 millions d’hectares des terres arables représentant 40% du potentiel national, ses 390 000 km² des forêts, soit le ¼ du pays mais aussi sa proximité avec l’Angola et le Congo-Brazzaville et la mégapole Kinshasa.

Tirant sa conclusion, Alain Lungungu a noté la nécessité de créer des conditions pour attirer les investissements dans la province. De son avis, il faut « harmoniser les politiques de trois provinces et éliminer les barrières ; intégrer les espaces en investissant dans les réseaux routier fluvial, dans l’électricité et la desserte en eau ; créer la valeur ajoutée dans le secteur agricole ».

« Nous souhaitons que notre société demeure en phase avec notre province, car c’est ainsi qu’elle pourra avancer cette dernière. Comprendre la société, savoir se mettre au diapason de ses difficultés, c’est se donner les moyens d’agir positivement. Nous aimons l’espace économique et culturel du Bandundu. Nous voulons comprendre et vivre ses réalités que nous tenons à transformer en richesse. C’est le sens de notre mouvement », a dit Alexis Nsikungu.

Mieux vaut tard que jamais

« Il n’est jamais tard pour faire le bien. Nous avons réfléchi sur la situation socioéconomique de ces trois provinces. Cela a été un élément moteur qui nous a permis de mettre en place cette association. Si jadis, on ne parvenait pas à avancer, c’est parce que nous comptions sur nos propres efforts. Maintenant, nous allons travailler dans le sens de mobiliser des partenaires  techniques et financiers qui vont nous accompagner dans notre vision »,  a estimé Didier Musete, un des fondateurs de cette association.

L’Espace Bandundu veut mettre toutes les chances de son côté pour réussir le décollage de la province, cette fois-ci. « Nous ne sommes pas la première génération du Bandundu. Il y a eu des efforts dans ce sens qui n’ont peut-être pas abouti ou l’ont été partiellement. Cette fois-ci, nous voulons prendre la relève et aller jusqu’au bout », a dit Gilbert Muhika, Premier coordonnateur de cette Asbl. Et d’ajouter : « Nous voulons imprimer cet esprit d’innovation pour les trois provinces. Le découpage est administratif. Pour le reste, nous avons la même culture, la même langue et la même volonté de développer la province ».

Au nombre de fondateurs et membres du bureau, il y a notamment Philippe Gapembo, Marcelin Minaku, Paul-Christian Nsinga, Paulin Ikwala, Jeef Mununu, Basile Nguangu. Une assemblée générale est prévue pour mettre en place des responsables définitifs tant au conseil d’administration qu’au  bureau exécutif.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

À la surprise générale, Shark XI FC n’est pas revenu à sa décision. Par la voix de son secrétaire général, il confirme sa non-participation à la 23ème édition de la Ligue nationale de football...
More inSports  Politique  Economie  A la Une