A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Courageuse, Bernadette Tokwaulu échange avec Nikki Haley à Kinshasa

Écrit par Donatien Ngandu Mupompa le .

Le vendredi 27 octobre 2017, le séjour de Nikki Haley en République démocratique du Congo a été marqué par l’interpellation d’une femme congolaise, Bernadette Tokwaulu Aena. Cette femme dont les cheveux sont teintés en blanc depuis un certain temps a bravé la peur pour affronter au Kempinski Fleuve Congo Hôtel l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU pour lui exprimer librement les doléances des Congolaises et Congolais sur la dictature qu’ils subissent en ce moment.

Un témoin raconte que ce jour-là, Bernadette Tokwaulu était assise au restaurant de l’hôtel, juste près de l’ascenseur qu’empruntent les personnalités de marque. Tout en prenant le mets qu’elle a commandé, ses yeux étaient rivés vers l’ascenseur. Elle était donc à l’affût.

Dès que la porte s’est ouverte, elle a laissé son plat et a foncé droit dans la direction de Nikki Haley. L’un des gardes du corps de l’Américaine, l’aurait projetée à quelques mètres.

Nikki Haley l’écoute attentivement

Mais toujours décidée, Bernadette Tokwaulu, tout en larmes, criait en anglais : « Laissez-moi, laissez-moi ! ». Attendrie par les sanglots de cette téméraire femme congolaise, Nikki Haley a ordonné à ses gardes du corps de la laisser s’approcher. L’ambassadrice américaine l’a écouté attentivement pendant environ sept minutes.

Sous une forte émotion, Bernadette Tokwaulu a fait part à Nikki Haley de la situation désastreuse que connaît la République démocratique du Congo, et lui a demandé d’aider les Congolais à faire partir Joseph Kabila. Elle a dit à l’ambassadrice des États-Unis aux Nations unies : « Nous voulons la démocratie », a-t-elle déclaré à Nikki Haley à Kempinski Fleuve Congo Hôtel, à Kinshasa.

Tout ce qu’on peut dire est que cette femme a réussi son coup en sollicitant le concours de Nikki Haley pour exiger le départ de Joseph Kabila.

Le journal en ligne « Cas-info.ca » note à ce sujet : « On la connaît courageuse sur la scène politique congolaise. Mais personne ne l’avait imaginée pousser les limites de son audace jusqu’à « bousculer » le protocole de l’hôte de luxe que vient de recevoir la RDC ».

 

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.