A la Une

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

15 novembre 2017: La Police menace, la Monusco appelle à la retenue

15 novembre 2017: La Police menace, la Monusco appelle à la retenue

La journée de mercredi 15 novembre 2017 s’annonce très tendue. Des mouvements citoyens tels que...

Imprimer

Le nœud gordien

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

De l’organisation des élections en République démocratique du Congo, on n’en finira pas de sitôt. Les uns appellent ces scrutins de tous leurs vœux, les autres les repoussent indéfiniment. Ces élections sont loin de dévoiler leurs derniers secrets. Se tiendront-elles ou pas ? C’est la grande question.

Organe technique, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) table sur 504 jours à dater de la fin de l’opération d’enrôlement et d’identification des électeurs pour organiser les élections. Déjà, à ce stade, seul le président de la centrale électorale détient la date de la fin des opérations d’enrôlement des électeurs.

Mais la Céni n’est pas le seul maître à bord de ce grand navire qui commence à prendre l’eau de toutes parts. Il y a également les bailleurs de fonds et autres partenaires traditionnels de la RDC. Ici justement, la communauté internationale exige, à l’unisson, que les scrutins se tiennent « le plus tôt » possible. Elle a fait son choix : il faut des élections avant la fin de 2018. Un choix qui paraît quelque peu intransigeant, selon le pouvoir de Kinshasa qui continue de clamer son souverainisme d’État.

De ces deux visions diamétralement opposées – celle de la Céni et de la Majorité qui cherche à tirer les choses en longueur et celle de la communauté internationale qui veut voir les élections s’organiser le plus tôt – Il faut trouver le juste milieu. Comment la Céni va-t-elle gérer toutes ces pressions ?

Entre-temps, le président de la Ceni est en tournée. Il s’explique auprès des institutions internationales afin de faire avaler à qui veut l’entendre sa couleuvre. Va-t-il convaincre les partenaires de la RDC qui ne jurent que par la tenue d’élections en 2018 ?

Ce qui est certain, c’est qu’avec une bonne dose de volonté politique, on peut conjuguer des efforts pour surmonter, en un temps raisonnable, les contraintes qui bloquent la tenue d’élections en RDC. La Céni a donc intérêt à dénouer ce nœud gordien afin de décrisper cette tension politique que monte au fur et à mesure qu’on s’approche de décembre 2017. Ce n’est pas une mer à boire.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

À la surprise générale, Shark XI FC n’est pas revenu à sa décision. Par la voix de son secrétaire général, il confirme sa non-participation à la 23ème édition de la Ligue nationale de football...
More inSports  Politique  Economie  A la Une  

Facebook FanBox