A la Une

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

15 novembre 2017: La Police menace, la Monusco appelle à la retenue

15 novembre 2017: La Police menace, la Monusco appelle à la retenue

La journée de mercredi 15 novembre 2017 s’annonce très tendue. Des mouvements citoyens tels que...

Imprimer

Nikki Haley en RDC : Herman Cohen remet les pendules à l’heure

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Ancien sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires dans les années 1990, Herman Cohen estime que les déclarations de l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU lors de son passage à Kinshasa tracent une ligne rouge pour le pouvoir de Kinshasa. Dans une tribune, publiée le 30 octobre 2017 en anglais sous le titre « Congolese intellectuals’ misguided reaction to ambassador Haley’s visit to the DRC » sur le site Afro hollywood TV, l’ancien diplomate appelle les intellectuels congolais à bien lire les signes du temps où le vent, prévient-il, tourne en défaveur du président Kabila. Voici sa tribune.

 

Immédiatement après le départ de la RDC de l'ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley, la presse congolaise et internationale a fait état d'une grande déception parmi les intellectuels de ce pays et un certain nombre de personnalités politiques. Ils ont accusé l'ambassadrice Haley d'avoir aidé le président Kabila à prolonger son séjour au pouvoir, aussi longtemps que possible, bien au-delà de l'expiration de son mandat constitutionnel le 31 décembre 2016.

 

Cette critique est totalement erronée et démontre un manque de compréhension de la part des critiques congolais quant à la manière dont la diplomatie américaine et les relations internationales sont menées.

 

L'administration Trump n'est en fonction que depuis janvier de cette année. Ses hauts responsables sont encore en train d'apprendre sur leurs principaux défis de politique étrangère, y compris la crise en RDC. Haley a été invité à faire la visite qui a identifié le Sud-Soudan et la RDC comme les «deux principaux pays en crise» en Afrique.

 

Dans une déclaration publique avant son départ de Kinshasa, l'ambassadrice Haley a déclaré que de nombreux Congolais souffrent et qu'il est donc absolument nécessaire qu'une élection présidentielle ait lieu avant la fin de l'année 2018. Les critiques ne se rendent pas compte que la déclaration publique de Haley constitue un ultimatum. Le fait que cette déclaration ait été faite diplomatiquement ne la rend pas moins qu'un véritable ultimatum.

 

Il aurait été ridicule et contreproductif pour l'ambassadrice Haley de se rendre en RDC pour la première fois, puis de se présenter devant la presse et de déclarer: «Kabila doit partir au plus tard le 31 décembre 2017 ». Une telle déclaration aurait constitué une pause formelle dans les relations diplomatiques entre les États-Unis et la RDC. Les Etats-Unis auraient perdu toute capacité d'influencer le régime de Kabila. En outre, les États-Unis auraient perdu toute capacité de protéger leurs intérêts politiques et économiques en RDC.

 

L'ambassadrice Haley a tenu une réunion privée de deux heures avec le président Kabila. Nous ne savons pas ce qu'elle a dit à Kabila lors de cette réunion, mais je suis tout à fait sûr qu'elle a émis de très forts avertissements au nom du président Trump.

 

Si le gouvernement américain ne voit pas d’avancées significatives pour une élection en 2018, il ne fait aucun doute que les sanctions actuelles contre les Congolais dans le gouvernement de Kabila seront étendues et intensifiées. Des individus de plus en plus haut placés seront ciblés - jusqu'au niveau le plus élevé. Il est clair que la France, la Belgique et l'Union européenne sont d'accord avec cette politique.

 

Je trouve également intéressant qu'aucun des leaders politiques de l'opposition en RDC ne se soit joint à la critique. Ils comprennent que la politique des États-Unis est de leur côté.

 

Mon message aux intellectuels congolais est de se détendre. Les États-Unis sous le président Trump restent en totale solidarité avec le peuple de la République démocratique du Congo.

 

Herman Cohen

 

Ancien sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

À la surprise générale, Shark XI FC n’est pas revenu à sa décision. Par la voix de son secrétaire général, il confirme sa non-participation à la 23ème édition de la Ligue nationale de football...
More inSports  Politique  Economie  A la Une  

Facebook FanBox