A la Une

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Savoir partir

Savoir partir

Pas de sang versé, respect de textes, certes, dans un contexte quelque peu étrange ! Le Zimbabwe...

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

Imprimer

Front pour l’alternance démocratique : le temps de capitaliser les énergies

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Le passage de Nikki Haley en République démocratique du Congo  a poussé à la redistribution des cartes sur la scène politique congolaise. La pression s’accentue sur la Majorité présidentielle, responsable de la crise actuelle. Dans l’opposition, les forces du changement retrouvent un élan à la cohésion et à l’unité pour contraindre le régime en place à libérer le processus électoral.

Les forces politiques et sociales du changement regroupées au sein de l’opposition sont en train de s’organiser pour mener ensemble le combat de l’alternance démocratique.  Cet élan à l’union, qui a commencé timidement avant le passage de Nikki Haley à Kinshasa, est en train de prendre une vitesse de croisière en ce moment.

Chaque jour qui passe, les partis politiques, les mouvements citoyens et les associations de défense des droits de l’homme grossissent le rang de l’opposition. L’ultime objectif reste de contraindre le pouvoir de Kinshasa à organiser les élections conformément à l’Accord du 31 décembre 2016. Le Rassemblement, le MLC de jean Pierre Bemba, l’UNC de Vital Kamerhe, le mouvement citoyen « Congolais Débout » de Sindika Dokolo, des Ong de défense des droits de l’homme ainsi que plusieurs autres partis politiques caressent l’idée d’un large front national pour revendiquer les élections en 2018.

Du coté de la Majorité présidentielle, en dépit de toutes les pressions, nationales et internationales, rien à bouger. Le régime de Kinshasa, bien qu’en ce moment malmené, n’a fait aucun geste dans le sens de décrisper la situation politique ni de laisser les mains libres à la Commission électorale nationale indépendante (Céni) pour publier un calendrier électoral « réaliste ». De même, les violations des droits humains, la dilapidation des deniers publics continuent sans crier gare.

Tout ceci fait courir un grand risque au pays. En l’absence d’un calendrier réaliste avant la fin de cette année, la République démocratique du Congo risque de plonger dans une crise aux conséquences incalculables tant au niveau national que dans la région. Voilà qui justifie l’élan à la coalition des forces politiques et sociales du changement pour la tenue d’élections susceptibles de renouveler cette classe dirigeante illégitime et corrompue. 

Dès lors, il y a lieu de taire les querelles intestines entre les membres de l’opposition qu’on observe actuellement. Ce n’est pas le moment de rejeter ceux qui ont à un moment ou à un autre fait alliance avec la Majorité présidentielle. Ce qui importe présentement, c’est que l’action de tout le monde concourt effectivement au déblocage du processus électoral, à la tenue de scrutins en 2018. Les acteurs de l’opposition sont ainsi appelés à capitaliser leurs énergies pour l’intérêt supérieur de la nation.

En ce moment où la nation est en danger, la République démocratique du Congo a plus que jamais besoin de tous ses fils et filles épris de paix, de justice et de démocratie pour le  changement tant souhaité.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

N’étant pas convaincue des chiffres publiés par la Céni concernant l’opération d’enrôlement des électeurs, la CASE invite la Céni à plus de responsabilité de vérité....

Facebook FanBox