A la Une

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

15 novembre 2017: La Police menace, la Monusco appelle à la retenue

15 novembre 2017: La Police menace, la Monusco appelle à la retenue

La journée de mercredi 15 novembre 2017 s’annonce très tendue. Des mouvements citoyens tels que...

Imprimer

RDC : l’opposition rejette le calendrier électoral et demande le départ de J. Kabila

Écrit par Stanislas Ntambwe le .

C’est une goutte qui a fait déborder le vase.La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a publié, dimanche 05 novembre, le calendrier électoral fixant l’élection présidentielle au 23 décembre 2018 suivie, une semaine plus tard, de la publication des résultats provisoires.

Alors que dans le camp de la Majorité présidentielle (MP) l’on se félicite de la publication de ce calendrier électoral, l’annonce de la centrale électorale a provoqué la colère de l’opposition congolaise et de la société civile. Des réactions fusent de toutes part, qualifiant le calendrier de la Céni de « pure provocation ». D’aucuns invitent la population au soulèvement, ce qui laisse entrevoir un avenir incertain pour le processus électoral.

Ci-dessous, quelques réactions recueillies de part et d’autres:

Réactions

« Peu importe la Céni, son calendrier sonnera le glas de ce régime malfaisant. Congolais, préparez-vous. L'heure est venue de chasser Joseph Kabila », a écrit Félix Tshisekedi sur son compte twitter.

Pour Moïse Katumbi en exile et candidat déclaré à la présidentielle, « Ce régime prédateur veut prolonger instabilité et misère du peuple. Nous n’acceptons pas ce calendrier fantaisiste. Stop. Kabila doit partir », a-t-il déclaré aussi sur son compte twitter.

Dans un communiqué publié dimanche, l’Union de démocrates africaine originelle (UDA) considère que « Le document rendu public par la CENI n’est pas un calendrier ». « Il s’agit, selon la parti cher à  André Claudel Lubaya, d’un schéma attentatoire à la constitution et au peuple congolais destiné à maintenir indéfiniment, en toute illégalité et toute illégitimité monsieur Joseph Kabila au pouvoir, bien que sans mandat ».

Ainsi, s’adressant aux militants de son parti, Lubaya déclare : « Nous n'avons pas besoin de leur calendrier électoral mais, du départ de Kabila. Prenons-nous en charge. La seule option qui nous reste c’est l’article 64 de la Constitution ».

Même point de vue pour Martin Fayulu. Il pense que, « Le calendrier de La CENI est un non-événement pour nous. Nous demandons au Peuple de se préparer à appliquer l'art. 64. Kabila doit partir. », a-t-il posté sur son compte twitter.

« Kabila se moque du peuple congolais en lui annonçant son cadeau de Noël pour 2018. Histoire de continuer à tuer et piller tranquillement... Le calendrier de Nangaa et compagnie pour donner à Kabila un an de plus est une pure provocation et une insulte à l’intelligence ! C’est NIET !!! », estime Olivier Kamitatu dans l’un de ses twittes

Pour le coordonnateur du mouvement #Les congolais debout# , Sindika Dokolo, « Nangaa va déclencher l'appel que le peuple attend. #Les Congolais Debout# sont prêts. Je donnerai le mot d'ordre en communiqué solennel ».

Pour sa part, le mouvement citoyen Lucha (Lutte pour le changement) affirme que « Kabila et sa CENI déclarent officiellement la guerre: Le peuple doit se défendre maintenant ! ».

Dans une déclaration publiée dimanche, Lucha note que « La fantaisie présentée ce jour comme calendrier électoral par le régime de Kabila, à travers sa CENI, c’est la goutte qui fait déborder le vase de notre patience en tant que peuple. C’est une manœuvre honteuse pour faire gagner plus de temps à Kabila et son régime afin d’accomplir leur volonté de rester indéfiniment au pouvoir ». « Dès maintenant, le soulèvement populaire s’impose comme une évidence ! », ont décidé les jeunes de ce mouvement citoyen.

Cependant, la Majorité présidentielle se félicite de la publication du calendrier électoral par la Céni. « Le calendrier électoral est là : le décor est planté, vivement les élections ! », se réjouit Aubin Minaku, secrétaire général de la MP et président de l’Assemblée nationale sur son compte twitter. En outre, certaines sources renseignent que les évêques catholiques se réuniront en plénière, du 22 au 24 novembre 2017, pour décider d'une position officielle sur cette question.

A l’allure où vont les choses en République démocratique du Congo avec ces vagues de contestations, plus besoin d’être prophète pour comprendre l’incertitude dans laquelle le pays se plonge chaque jour qui passe. Le pire est à venir.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

À la surprise générale, Shark XI FC n’est pas revenu à sa décision. Par la voix de son secrétaire général, il confirme sa non-participation à la 23ème édition de la Ligue nationale de football...
More inSports  Politique  Economie  A la Une