A la Une

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

RDC: La plateforme électorale de l’Opposition en gestation

RDC: La plateforme électorale de l’Opposition en gestation

En janvier 2017, la MP lançait à Kinshasa sa Centrale électorale pour se préparer aux...

Absence d’engagement

Absence d’engagement

La République démocratique du Congo a un défi majeur en 2018. Kinshasa devra organiser en...

Imprimer

Calendrier bâclé

Écrit par Le Potentiel le .

Pour ne prendre qu’une seule illustration, il est repris plusieurs fois « Accord du 31 décembre 2017 », alors que l’Accord de la Saint-Sylvestre a été signé le 31 décembre 2016, au Centre interdiocésain.

Une fois, on comprendrait ; deux fois, ça passait encore ; mais commettre à plusieurs reprises la même erreur remet en doute le sérieux qu’on a accordé à ce calendrier. Ceci prouve à suffisance que c’est un travail réalisé à la hâte et sous pression. Pour plaire à qui ? Pour se débarrasser de quoi ? Pour rouler qui ? Seule le Bureau de la Centrale électorale en détient le secret.

Sur le fond, quel problème ce calendrier va-t-il résoudre dans ce microcosme politique trop ambigu et agité ? Le plus étonnant, c’est la précipitation avec laquelle il a été publié. Est-ce le passage de Nikki Haley, l’envoyée du président américain, a précipité les choses ? Certainement.

Quel que soit le bout par lequel on peut le prendre, il y a lieu de craindre que le calendrier électoral publié le dimanche dernier par la Céni amasse trop de nuages qu’il n’en dissipe. La preuve : aussitôt publié, aussitôt rejeté, ce calendrier se présente aux yeux d’une large opinion comme un mort-né.

Finalement, ce calendrier électoral est-il celui qu’attendait le peuple ou devra-t-on attendre un autre ? L’on se souvient que celui-ci est le 3ème d’une série dont le cycle électoral ne finit pas de s’allonger.

Qu’on le veuille ou non, qu’on l’avoue ou pas, le calendrier électoral, tel que publié par le président de la Commission électorale nationale indépendante, est un document cousu en toute hâte. Il est simplement un travail bâclé.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

En marge de la revue  annuelle du programme Voice, six ONG congolaises, dont Cosces, partenaires à l’ONG Cuso International ont fait le point vendredi 17 novembre du soutien et  de la contribution de...