A la Une

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

RDC: La plateforme électorale de l’Opposition en gestation

RDC: La plateforme électorale de l’Opposition en gestation

En janvier 2017, la MP lançait à Kinshasa sa Centrale électorale pour se préparer aux...

Absence d’engagement

Absence d’engagement

La République démocratique du Congo a un défi majeur en 2018. Kinshasa devra organiser en...

Imprimer

Attaque armée contre les bureaux de Mme Hanne Dokolo, consule de Norvège à Kinshasa

Écrit par Le Potentiel le .

Un consulat général attaqué par des hommes armés. Ça n’arrive pas tous les jours. Pourtant, dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 novembre 2017, le consulat général de la Norvège à Kinshasa a été attaqué par des hommes armés, non autrement identifiés. La particularité de ce consulat est qu’il est tenu par Mme Hanne Warmdal Tabbel Kruze Dokolo, la mère de Sindika Dokolo, initiateur du mouvement citoyen « Congolais débout » qui s’oppose à la prolongation du mandat du président Joseph Kabila à la tête de la République démocratique du Congo. De là, le lien est vite fait.

Est-ce un acte d’intimidation ou un message destiné à faire taire Sindika Dokolo dans son combat pour l’alternance démocratique dans le pays de son père, feu Dokolo Sanu.

Absente du pays, Mme la consule générale de la Norvège n’a pas réagi à cette attaque. Mais, sur place, les services du consulat ont déjà promis de saisir par des canaux diplomatiques le ministère des Affaires étrangères et Intégration régionale.

Les faits

Selon des témoignages recueillis auprès de services de gardiennage commis à la sécurité du consulat général de la Norvège à Kinshasa, situé sur l’avenue de la Gombe, dans la commune du même nom, tout s’est passé dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 novembre aux environs de deux heures du matin lorsqu’une voiture de marque Toyota IST, communément appelé Ketch, s’est immobilisé en diagonale du consulat, avec à son bord, quatre personnes. Deux ont escaladé le mur du consulat, alors que les deux autres, restés au bord du véhicule, faisaient visiblement la vigile pour détourner toute attention. Les deux malfrats, qui ont réussi à pénétrer dans la concession du consulat, ont réussi à briser, à l’aide des crosses d’armes, les vitres du bureau de Mme la consule.

Suivant le récit des gardiens du consulat, ces derniers n’ont eu la vue sauve qu’en réussissant à se retrancher dans un coin perdu du consulat, après avoir déclenché l’alarme. Les éléments de la société de gardiennage G4S sont arrivés une trentaine de minutes après que ces hommes aient réussi à s’enfuir.

Selon le premier bilan dressé par les services du consulat, aucun effet n’a visiblement été emporté. Toujours est-il qu’on peut apercevoir des impacts de cette agression sur les vitres extérieures des bureaux de Mme la consule.

Dissiper les zones d’ombre

Après cette attaque, premier du genre qui vise un consulat à Kinshasa, il y a des questions qui taraudent les esprits. Qui est derrière cet acte ? Pourquoi a-t-on visé ce consulat dirigé à ce jour par la mère biologique de Sindika Dokolo ? Autant de questions qui alimentent le suspense autour de cette affaire.

Au-delà de toutes ces questions, il y a bien d’autres qui restent sans réponses. Une chose est vraie, cette attaque armée n’est pas anodine, se dit-on dans l’entourage de Mme la consule. C’est un acte prémédité, indique-t-on, qui est porteur d’un message. Mais, lequel ? C’est tout le mystère !

Toujours est-il que les services s’apprêtent, en dehors de protestation par voie diplomatique, de déposer une plainte contre inconnu pour agression armée de son siège.

Sans doute, dans les prochains jours, l’on saura réellement ce qui s’est passé dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 novembre aux installations du Consulat général de la Norvège en RDC. En attendant, les spéculations vont dans tous les sens. Et on n’hésite pas dans certains milieux de faire directement le lien entre l’activisme de Sindika Dokolo, fils de Mme la consule de la Norvège en RDC, dans le combat pour l’alternance démocratique en RDC.

Est-ce une des raisons qui auraient justifié l’attaque armée du consul général de la Norvège ? Pourquoi ces hommes armés l’ont-ils ciblé ? L’affaire devant être porté incessamment à la justice, l’on espère que toutes les zones d’ombre qui l’entourent seront vite dissipées pour que la vérité éclate enfin au grand jour.

En attendant, le personnel du Consulat général de la Norvège à Kinshasa vit dans le traumatisme, craignant pour sa sécurité.

Le plus évident est que, dans les milieux diplomatiques, cette attaque a une fois de plus porté un coup aux relations généralement tendues entre la RDC et différentes chancelleries occidentales basées en RDC. Les autorités politiques et judiciaires feraient mieux d’élucider le plus rapidement cette énigme pour apaiser les diplomates en poste en RDC qui craignent déjà pour leur sécurité. On attend donc le gouvernement faire un pas important dans ce sens. L’image du pays en dépend, se dit-on dans ces mêmes milieux.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

En marge de la revue  annuelle du programme Voice, six ONG congolaises, dont Cosces, partenaires à l’ONG Cuso International ont fait le point vendredi 17 novembre du soutien et  de la contribution de...