A la Une

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Lundi dernier, à New-York, Nikki Haley, ambassadrice des USA à l’ONU a recadré le chef de la...

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC s’est invité, encore une fois, sur la table du Conseil de sécurité des Nations...

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Contre la volonté de la Céni d’imposer par tous les moyens la machine à voter lors des scrutins...

Des zones d’ombre

Des zones d’ombre

L’arrivée des bovidés, en décembre dernier, dans les provinces du Kwilu et Kwango, continue de...

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

Après les deux marches pacifiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018, le Comité laïc de...

Imprimer

Forum sur la coopération sino-africaine : la RDC porte haut sa voix

Écrit par Cyprien Kapuku. Depuis Chine le . Publié dans Internationale

La Chine se prépare à accueillir, probablement en septembre 2018, un sommet de coopération Chine-Afrique.  À Pékin où se tiendra ce sommet, les préparatifs vont bon train. Les deux parties s’y sont retrouvées, le jeudi 24 novembre, dans le cadre de la 12ème réunion de hauts fonctionnaires du Forum de coopération sino-africaine (FCSA).

Cette rencontre consiste à la fois à évaluer l’état de réalisation des objectifs définis lors du sommet de 2015 à Johannesburg et à préparer celui de 2018. La République démocratique du Congo est en ordre de bataille et croit pouvoir présenter un dossier solide, susceptible d’attirer plus d’investisseurs chinois.

Entre la Chine et l’Afrique, c’est l’histoire d’une coopération en pleine ascension. Les deux parties se rapprochent de plus en plus, au point que la Chine est devenue la première  partenaire économique de l’Afrique. Et la République démocratique du Congo dont les investissements chinois, surtout dans le secteur minier, suscitent de l’espoir quant  à son avenir économique, ne compte pas en rester là. Dans sa coopération avec la Chine, ce deuxième grand pays africain en termes de superficie (2.345.000 Km2) se met en ordre de bataille pour pourvoir arracher des aides financières encore plus importantes lors du prochain Forum de coopération Chine-Afrique qui se tiendra l’année prochaine à Pékin.

C’est ce qui a justifié la présence de la délégation congolaise aux assisses de la 12ème Réunion de hauts fonctionnaires du Forum sur la coopération sino-africaine. Faisant  valoir la position stratégique de la RDC, les experts du ministère des Affaires étrangères congolais ont plaidé en faveur de financement de grands projets au niveau de la RDC aux effets domino pour les autres pays de la région. Ils ont, par exemple, mis en exergue les potentialités hydroélectriques de la RDC, estimées à environ 100.000 kilowatts.

Ramener un « gros morceau »

De son côté, l’ambassadeur de la RDC en Chine, Jean-Charles Okoto Lolakombe a rassuré que la RDC s’amènera au prochain Forum de coopération Chine-Afrique avec un bon nombre de projets bien ficelés qui pourront aider la RDC à atteindre son objectif, celui de se hisser dans le giron des pays émergents d’ici à l’horizon 2030.

L’ambassadeur congolais en est convaincu. Surtout qu’il s’est réjoui de la mise en œuvre de l’initiative « La Ceinture et la Route ». Une initiative qui, selon lui, renfonce davantage la coopération Sud-sud.

Même si le contenu de certains  projets de la RDC, encore à l’étape de finalisation, n’a pas été révélé, mais une chose dont on est sûr, ce que la Chine et la RDC sont  depuis 2006 dans la phase d’exécution de plusieurs projets autrefois qualifiés de « cinq chantiers ». Il s’agit des domaines prioritaires tels que : les infrastructures, le développement agricole, la promotion industrielle, la construction des lignes de transports et de distribution d’énergie électrique…

Sans doute, quelques uns de ces projets ne manqueront pas de constituer le plat de résistance des demandes de la RDC. Fin négociateur, Jean-Charles Okoto croit aux efforts diplomatiques consentis par son pays et reste convaincu que la RDC va cette fois-ci, contrairement au Forum de 2015, sortir du Forum de 2018 avec « un gros morceau ».

Des résultats satisfaisants

S’agissant de l’évaluation des objectifs fixés à Johannesburg, la partie chinoise dit avoir obtenu, jusque-là, des résultats satisfaisants, même si certains  projets peinent encore à se matérialiser.

« Des résultats satisfaisants ont été accomplis dans tous les secteurs de dix programmes prioritaires définis à Johannesburg », a déclaré Chen Xiaodong, président du comité de suivi du FCSA, également ministre assistant des Affaires étrangères qui s’exprimait à l’occasion de l’ouverture de la 12ème réunion de hauts fonctionnaires.

Selon lui, plus de 2/3 de 60 milliards USD décidés lors du Forum de l’Afrique du Sud, ont été utilisés pour les projets de développement en Afrique. « Cela a contribué à la promotion industrielle et à la diversification de l’économie africaine, mettant ainsi en lumière la Coopération gagnant-gagnant », a-t-il expliqué. 

Pour ce qui est des  projets non encore réalisés, le président du comité de suivi, en a profité pour appeler les différentes délégations africaines à « redoubler d’efforts afin de parachever le reste des projets ».  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’objectif est de contribuer à réduire la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans ainsi que de subvenir aux besoins nutritionnels de 12 000 femmes enceintes et...