A la Une

RDC : Les défis humanitaire au Grand Kasaï sont multidimensionnels

Au moins 97 millions USD sont requis, d’ici fin Juin 2018, pour couvrir les besoins des...

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

* Des mesures de décrispation doivent être appliquées * le Palu est engagé en faveur de...

La rupture

La rupture

La scène politique congolaise est en ébullition. Les acteurs politiques congolais retrouvent...

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Imprimer

L’ACDCD dénonce la disparition prolongée de sa trésorière Mazhunda Neva

Écrit par S.NT le . Publié dans Société

Logo de l'ACDCD

Victime de plusieurs attaques à main armée et de menaces de mort, Mlle Mazhunda Neva Micheline, la trésorière de l’Alliance congolaise des démocrates chrétiens pour le développement (ACDCD), parti politique de l’opposition au sein de la plateforme « Alternance pour la république (AR) », est portée disparue depuis la fin du mois d’octobre 2017.

Dans un communiqué parvenu au journal Le Potentiel, le parti tire la sonnette d’alarme et craint aussi pour la sécurité de sa trésorière qui reste introuvable jusqu’à ce jour. A en croire les membres de l’ACDCD, il s’agirait d’un « enlèvement » commandité par les adversaires politiques du président de ce parti politique, Marcel Mazhunda Zanga Defrein, son père biologique.

D’aucuns affirment que la disparition de Mazhunda Neva Micheline serait, sans aucun doute, relativement consécutive à tous les avertissements et menaces proférés contre elle et son père qui, du reste, ont déjà été visités et torturés la nuit à plusieurs reprises dans leur résidence, au cours de l’année 2017, par des hommes armés. A l’heure actuelle, les membres de la famille politique et biologique de la victime disent n’avoir aucune nouvelle la concernant. Ainsi, tirent-ils la sonnette d’alarme et craignent aussi pour sa sécurité.

En outre, la trésorière de l’ACDCD serait à la base de la mobilisation de certains partis politiques de l’opposition pour s’opposer au calendrier électoral publié par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Ce qui, visiblement, n’arrange pas la Majorité présidentielle.

Pour l’histoire, l’ACDCD a été créée en 2014 et s’est coalisé par la suite avec d’autres partis politiques de l’opposition pour « promouvoir le respect des droits et libertés fondamentaux ».

Par ailleurs, le parti lance un cri d’alarme en déplorant l’insécurité criante dont sont victimes ses membres. Dans la foulée, les sources concordantes renseignent que certains membres de l’ACDCD ont été interpellés par les agents de l’ordre, le jeudi 30 novembre 2017, lorsqu’ils tentaient de participer à la marche pacifique organisée par l’opposition. Ce, avant d’être relâchés quelques heures plus tard.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Au moins 97 millions USD sont requis, d’ici fin Juin 2018, pour couvrir les besoins des populations affectées par la crise généralisée dans l’espace Kasaï. Environ 400 mille personnes ciblées dans les...