A la Une

RDC : Les défis humanitaire au Grand Kasaï sont multidimensionnels

Au moins 97 millions USD sont requis, d’ici fin Juin 2018, pour couvrir les besoins des...

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

* Des mesures de décrispation doivent être appliquées * le Palu est engagé en faveur de...

La rupture

La rupture

La scène politique congolaise est en ébullition. Les acteurs politiques congolais retrouvent...

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Imprimer

MONUSCO : le BCNUDH estime que le respect des droits de l’Homme n’a guère évolué

Écrit par Médard Muyaya le .

Antoine-Charles Bambara, directeur de l’information publique et porte-parole de la MONUSCO, a animé hier mercredi 6 décembre 2017, la conférence de presse hebdomadaire au quartier général à Kinshasa. Il a fait un tour d’horizon sur les actions menées par la Mission des Nations Unies pour la stabilisation de la RD Congo.

Le porte-parole de la MONUSCO a fait savoir que plus de 400 Volontaires des Nations Unies se sont engagés dans des projets d’aide au développement, des opérations humanitaires et de maintien de la paix dans 25 localités différentes à travers la RDC.

D’entrée de jeu, il a fait savoir que les volontaires nationaux et internationaux travaillent en collaboration avec les citoyens et les organisations au sein des communautés locales afin que les initiatives des Nations Unies contribuent à faire émerger des solutions durables en fonction des besoins sur le terrain.

David Gressly inaugure un projet à l’hôpital de Bukavu

Pour le porte-parole, à l’occasion de cette journée et dans la lignée des « 16 jours d’activisme » contre la violence faite aux femmes, des volontaires communautaires et des Nations Unies ont organisé simultanément trois campagnes de sensibilisation sur les violences sexuelles et basées sur le genre à Goma, Bukavu et Bunia, ciblant 5000 bénéficiaires.

Il a également annoncé la visite du Représentant spécial adjoint du Secrétaire général chargé des Opérations et de l’État de Droit, David Gressly. Il séjourne déjà à Bukavu, où il inaugure un projet à impact rapide à la maternité de l’Hôpital général de référence de Bukavu.

« Ce jeudi, il visitera le camp de transit des ex-combattants des FDLR de Walungu ainsi que le site d’exploitation minière de Luinja, en territoire de Mwenga, où il y a de façon récurrente un conflit lié à l’exploitation artisanale des minerais dans les concessions d’une entreprise minière dénommée BANRO CORPORATION », a indiqué le directeur de l’information publique de la MONUSCO.

Pour rappel, Antoine-Charles Bambara a fixé l’opinion que le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a nommé Mme Kim Bolduc, du Canada, comme sa Représentante spéciale adjointe auprès de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO). « Elle assumera aussi les fonctions de Coordonnatrice résidente des Nations Unies et de la Coordonnatrice humanitaire et Représentante résidente du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) », a-t-il rassuré.

Kim Bolduc, une femme de terrain

Poursuivant sa communication, Antoine Charles Bambara a souligné que Mme Bolduc arrive à ce poste avec plus de 30 années d’expérience dans les domaines du développement international et de l’humanitaire, étant aussi reconnue pour sa compétence en matière de gestion et de leadership. « Depuis 2014, elle était Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et Chef de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) », a-t-il ajouté.

Faisant un tour historique sur son parcours professionnel, Antoine-Charles Bambara a témoigné que Mme Kim a été, auparavant, Coordonnatrice résidente des Nations Unies et Représentante résidente du PNUD au Panama, de 2010 à 2014, après avoir été Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général, Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice humanitaires de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), et Coordonnatrice résidente et Représentante résidente du PNUD au Brésil.

« Depuis son entrée à l’Organisation en 1987, elle a occupé diverses fonctions sur le terrain au sein du système des Nations Unies, notamment au Honduras, en Iraq et au Mozambique. Mme Bolduc est titulaire d’une maîtrise en développement et coopération internationale de l’Université d’Ottawa, au Canada. Elle est mariée et mère d’un fils », a-t-il martelé.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Au moins 97 millions USD sont requis, d’ici fin Juin 2018, pour couvrir les besoins des populations affectées par la crise généralisée dans l’espace Kasaï. Environ 400 mille personnes ciblées dans les...