A la Une

RDC : Les défis humanitaire au Grand Kasaï sont multidimensionnels

Au moins 97 millions USD sont requis, d’ici fin Juin 2018, pour couvrir les besoins des...

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

* Des mesures de décrispation doivent être appliquées * le Palu est engagé en faveur de...

La rupture

La rupture

La scène politique congolaise est en ébullition. Les acteurs politiques congolais retrouvent...

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Imprimer

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une marche populaire en vue de sauver le pays, la Cénco vient d’apporter de l’eau au moulin en associant sa prière pour la libération de toute la RDC. Sans doute, en cette fin d’année 2017, la RDC négocie un tournant décisif de son histoire. « Le pays va très mal », note la Cénco, exprimant en même temps la nécessité de se libérer de la peur pour « prendre en main notre destin commun ».

« Le pays va très mal ». C’est la Cénco (Conférence épiscopale nationale du Congo) qui le dit dans une prière à la nation, diffusée en marge des fêtes de la nativité. On se rappelle qu’en 2016, la Cénco s’était investie à fond pour sauver la République démocratique du Congo d’une hécatombe. Les évêques ont réussi à amener toute la classe politique à conclure le 31 décembre 2016 un accord politique global pour baliser la voie qui mène aux élections. Mais, dans la pratique, l’accord, dit de la Saint Sylvestre, a fait flop. Aujourd’hui, cet accord a été vidé de toute sa substance. C’est une coquille vide, dont la Majorité au pouvoir s’est servie pour faire aboutir son calcul politique.

Une année après, la Cénco continue à en réclamer l’entière application, convaincue que cet accord reste « l’unique feuille de route, solidement fondée sur la Constitution de la République et dont il faut exiger le respect ainsi que la mise en application intégrale par les signataires ».

Au moment où cet accord est mis en déroute, la Cénco note, dans une prière adressée à la nation, en marge de la fête de la nativité, que « le pays va très mal ». Il est temps, lance-t-elle, pour tout Congolais de se lever pour « prendre notre destin en main, sinon, notre avenir sera hypothéqué pour longtemps ».

LA CONVERGENCE

Par cette prière, les évêques se joignent à l’appel à la marche lancé le 17 décembre 2017 par le Comité laïc de coordination. Le 31 décembre 2017, jour de l’an 1 de l’accord de la Saint Sylvestre, les laïcs catholiques ont promis de marcher pour réclamer la mise en œuvre intégrale de cet accord et la garantie d’aller aux élections dans les termes qui y sont consignés.

Avec la prière de la Cénco, les laïcs catholiques viennent de recevoir un soutien indéfectible de toute l’église catholique. Ils sont désormais assurés d’avoir l’appui des évêques dans le combat pour redonner au peuple congolais toute sa dignité. Tout se résume dans le message de la Cénco. « Mettons-nous debout, dressons nos fronts encore courbés et prenons le plus bel élan pour bâtir un pays plus beau que celui d’aujourd’hui ». Il est impérieux, disent les évêques, de « nous impliquer nous-mêmes, de prendre notre destin en main ».

Au moment où l’on amorce le dernier virage de l’année 2017, la RDC négocie en même temps son destin.

Les laïcs catholiques ont annoncé les couleurs. Et la Cénco y a apporté son concours. Les derniers jours de l’année 2017 seront riches en rebondissements. Dans quel sens ? Difficile à dire pour l’instant. Toutefois, il est clair que l’on va s’éloigner davantage d’une sortie de crise politique pour des élections apaisées en décembre 2018, comme le promet la Céni (Commission électorale nationale indépendante) tant que la majorité au pouvoir n’acceptera pas de s’inscrire dans la logique de l’accord du 31 décembre 2016.

Alors que la RDC s’en- lise dans la crise politique, l’accord du 31 décembre s’avère comme le passage obligé pour tirer le pays du gouffre dans lequel il s’enfonce au jour le jour. A l’instar du Comité laïc de coordination, la Cénco a exprimé la nécessité de revenir sur l’accord du 31 décembre 2016. Reste à savoir si la majorité au pouvoir percevra à sa juste valeur ce cri de cœur de la Cénco. Si non, c’est le pays qui va droit vers une confrontation qui ne dit pas encore son nom.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Au moins 97 millions USD sont requis, d’ici fin Juin 2018, pour couvrir les besoins des populations affectées par la crise généralisée dans l’espace Kasaï. Environ 400 mille personnes ciblées dans les...

Facebook FanBox