A la Une

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Lundi dernier, à New-York, Nikki Haley, ambassadrice des USA à l’ONU a recadré le chef de la...

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC s’est invité, encore une fois, sur la table du Conseil de sécurité des Nations...

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Contre la volonté de la Céni d’imposer par tous les moyens la machine à voter lors des scrutins...

Des zones d’ombre

Des zones d’ombre

L’arrivée des bovidés, en décembre dernier, dans les provinces du Kwilu et Kwango, continue de...

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

Après les deux marches pacifiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018, le Comité laïc de...

Imprimer

Temps perdu

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

L’année 2018 est éminemment électorale. Curieusement, cela semble ne pas être la préoccupation majeure de la classe politique congolaise. En principe, les débats surtout au niveau de deux Chambres du Parlement, devaient tourner autour du processus électoral en RDC et tout devait être fait pour baliser le cadre juridique dont a besoin la centrale électorale pour mettre sur orbite le processus. Malheureusement, la classe politique congolaise perd son temps à traiter des sujets secondaires et de la périphérie.

L’Assemblée nationale et le Sénat se sont fait plaisir de consacrer toute la session de janvier sur le vote du Code minier, voté du reste en session extraordinaire. Une fois de plus, les élus du peuple ont déçu et n’ont pas été la hauteur des attentes du peuple. Le dossier sur le Code minier n’a rien d’urgent. Bref, les matières traitées par les deux Chambres du Parlement sont faites des sujets qui n’avancent en rien le processus électoral qui doit se boucler au 23 décembre 2018 avec l’organisation de la présidentielle ; laquelle consacrera l’alternance au sommet de l’Etat.

A l’heure actuelle, il y a impératif de traiter des matières telles que la question de la machine à voter ; la question de la décrispation politique ; le déploiement des kits électoraux sur toute l’étendue du territoire national; la sécurisation des élections, etc.

L’heure est grave. Les élus du peuple ont l’obligation de passer à l’essentiel. Examiner une matière qui n’a pas directement d’incidence sur le processus électoral passe pour une distraction et un passe temps à la place de se consacrer à l’essentiel.

Dans tout le cas, le peuple se prépare pour reconquérir son impérium. Et des ambitions se sont déjà exprimées parmi les dignes fils que compte la nation.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’objectif est de contribuer à réduire la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans ainsi que de subvenir aux besoins nutritionnels de 12 000 femmes enceintes et...

Facebook FanBox