A la Une

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Lundi dernier, à New-York, Nikki Haley, ambassadrice des USA à l’ONU a recadré le chef de la...

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC s’est invité, encore une fois, sur la table du Conseil de sécurité des Nations...

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Contre la volonté de la Céni d’imposer par tous les moyens la machine à voter lors des scrutins...

Des zones d’ombre

Des zones d’ombre

L’arrivée des bovidés, en décembre dernier, dans les provinces du Kwilu et Kwango, continue de...

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

Après les deux marches pacifiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018, le Comité laïc de...

Imprimer

La «partite»

Écrit par Ben-Clet le . Publié dans Apostrophe

Jeudi 1er février 2018, Tshitshi wa Mupompa doit déjà 12 mois de loyer à ses ancêtres. Les messes de suffrages dites pour le repos de son âme me rappellent l’apostrophe parue le samedi 14 janvier 2006 dans l’édition 3627 du Potentiel. Brève incursion dans un passé présent.

«La ‘partite’ désigne un mal endémique chronique, propre au Congo démocratique. D’après les ‘partologues’ de renom, le mal n’affecte que les partis politiques et les cercles de leurs pères fondateurs. Il se traduit, depuis l’aube de l’indépendance de la RDC, par des symptômes particuliers : sauts d’humeur des membres de la nomenklatura du parti. Suspicion réciproque. Désertion de la confiance mutuelle. Apparition, d’abord sournoise et à la fin purulente, des courants puis des camps adverses.

«L’évolution de la maladie passe parfois par des coups de gueule, des coups de pieds ou de poings. Le mal progresse … progresse vers l’implosion du parti, que seuls les cours et tribunaux, impuissants, vont constater, sans espoir de jamais réanimer l’unité de corps et d’esprit des désormais frères ennemis. Pour qui sonne le glas ? La réponse est claire.

«La ‘partite’ avait frappé les pères de l’Indépendance. Aucun parti de l’époque coloniale ne lui a survécu. Contagieuse, souterraine, elle a atteint les enfants des pères de l’Indépendance. […]

«Il n’y a pas que les Maï-Maï à être rattrapés par la ‘partite’. L’UDPS d’Étienne Tshisekedi est dans les brancards. Elle n’est pas encore dans le coma. Mais elle est sérieusement malade et sans soins. Guérira-t-elle de ce mal politique congolais ? À ses combattants d’en décider.» (Remake, 14 janvier 2006).

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’objectif est de contribuer à réduire la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans ainsi que de subvenir aux besoins nutritionnels de 12 000 femmes enceintes et...