A la Une

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Lundi dernier, à New-York, Nikki Haley, ambassadrice des USA à l’ONU a recadré le chef de la...

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC s’est invité, encore une fois, sur la table du Conseil de sécurité des Nations...

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Contre la volonté de la Céni d’imposer par tous les moyens la machine à voter lors des scrutins...

Des zones d’ombre

Des zones d’ombre

L’arrivée des bovidés, en décembre dernier, dans les provinces du Kwilu et Kwango, continue de...

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

Après les deux marches pacifiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018, le Comité laïc de...

Imprimer

Monnaie crédible

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Le calvaire du peuple congolais est loin d’être allégé. Le pouvoir d’achat s’effrite au jour le jour.  Comme si cela ne suffisait pas, aujourd’hui, s’offrir un pain, un chinchard passe pour un exercice périlleux quand on détient en main un billet de 5 000 Fc. La plupart des vendeurs des biens et services le repoussent, au motif que de faux billets de cette coupure ont été injectés sur le marché.

Il est vrai que tous les billets de 5 000 Fc ne sont pas de faux. Malgré la campagne de sensibilisation menée par la Banque centrale du Congo, des commerçants et autres vendeurs continuent de refuser non seulement la coupure de 5 000 Fc dont la numérotation commence par la lettre R et se termine par C, mais aussi d’autres billets dont la numérotation contient les lettres RG.

Cette réticence est souvent à l’origine de plusieurs désagréments. Cette situation va entraîner des conséquences fâcheuses sur le vécu quotidien du Congolais moyen. L’autorité monétaire doit vite réagir avant qu’il ne soit trop tard.  Celui qui détient ce billet de malheur ne peut rien se procurer et aucun service ne peut lui être rendu.

Dans tous les cas, cette situation, qui préjudicie déjà et pénalise la population, doit retenir l’attention de l’autorité monétaire invitée à sensibiliser davantage tous les consommateurs (vendeurs et acheteurs) à l’usage de cette coupure qui a toujours cours légal. Aussi, l’institut d’émission devra-t-il tout mettre en œuvre pour couper court au refus de cette coupure par les marchands. Pour cela, elle devrait continuer la sensibilisation de la population sur comment distinguer le vrai du faux billet de 5 000 Fc. Une façon d’éviter également des scènes de dispute qui peuvent dégénérer à tout moment. Aujourd’hui, exhiber un billet de 5 000 francs congolais à un détaillant constitue un crime de lèse-majesté.

La Banque centrale du Congo doit faire en sorte que la lutte contre la contrefaçon soit permanente de manière à réduire le risque d’avoir en circulation des billets contrefaits. Entre autres mesures à préconiser, c’est renforcer la sécurité  dans la production de billets de banque. Il est impérieux que l’institut d’émission travaille pour crédibiliser toutes les coupures qui ont court légal en RDC.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’objectif est de contribuer à réduire la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans ainsi que de subvenir aux besoins nutritionnels de 12 000 femmes enceintes et...

Facebook FanBox