A la Une

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Lundi dernier, à New-York, Nikki Haley, ambassadrice des USA à l’ONU a recadré le chef de la...

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC s’est invité, encore une fois, sur la table du Conseil de sécurité des Nations...

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Contre la volonté de la Céni d’imposer par tous les moyens la machine à voter lors des scrutins...

Des zones d’ombre

Des zones d’ombre

L’arrivée des bovidés, en décembre dernier, dans les provinces du Kwilu et Kwango, continue de...

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

Après les deux marches pacifiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018, le Comité laïc de...

Imprimer

Des zones d’ombre

Écrit par (Le Potentiel) le . Publié dans A la Une

L’arrivée des bovidés, en décembre dernier, dans les provinces du Kwilu et Kwango, continue de défrayer la chronique. Chaque Congolais y va de son commentaire, faute d’information officielle sur la question.

D’aucuns spéculent sur la présence insolite de ces vaches venues d’on ne sait où. Spéculation confortée par les réseaux sociaux où une vidéo a fait le tour du monde, montrant ces éleveurs étrangers envahissant une bourgade du Kwango en compagnie de leur bétail. Sans oublier des images qui montrent cette transhumance peu ordinaire des vaches traversant plusieurs localités de la région du Kasaï.

Si les autorités du pays ne fixent pas l’opinion, il est difficile de croire que ces éleveurs ont effectué de longues distances à pied, en dépit de l’état des routes, de l’absence de ponts, et l’insécurité dans les zones traversées. Au regard de la situation sur le terrain, il est quasiment impossible de partir d’Uvira, au Sud-Kivu, à la tête d’un cheptel de plus de 300 vaches jusque dans le Bandundu en traversant toutes ces régions hostiles. Les régions du Kivu et du Kasaï étant en proie à des scènes de violence et d’insécurité qui ne donnent aucune chance à une transhumance ! Nous ne croyons pas à la génération spontanée, raison pour laquelle toute la lumière doit être faite sur ce sujet qui fâche.

Le mutisme de plus en plus intriguant des gouvernements tant provincial que national suscite beaucoup d’interrogations sans réponse. Car, à ce jour, aucun officiel ne s’est exprimé sur ces éleveurs qui traversent le pays de part en part, à la tête de leurs troupeaux.

Par ailleurs, une endémie mystérieuse s’attaque aux bovins qui meurent brutalement. D’où ce questionnement : les services vétérinaires ont-ils mené des investigations pour savoir de quoi sont morts ces bovidés ? N’y a-t-il pas risque de contamination de la population et des races  locales ? Pourquoi ce mutisme de Kinshasa sur la mystérieuse transhumance des vaches ?

Aux dirigeants de faire toute la lumière sur le sujet afin d’éclairer la lanterne de l’opinion aussi bien nationale que provinciale.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’objectif est de contribuer à réduire la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans ainsi que de subvenir aux besoins nutritionnels de 12 000 femmes enceintes et...

Facebook FanBox