A la Une

Forum sur la paix au Kasaï : une fuite en avant

Forum sur la paix au Kasaï : une fuite en avant

Le forum pour la paix et le développement dans le Kasaï va s’ouvrir en présence du chef de l’Etat...

État prédateur

État prédateur

Ça sent l’arnaque. La décision prise, vendredi 15 septembre, par le vice-ministre des...

Invalidation des passeports semi-biométriques : Une arnaque

Invalidation des passeports semi-biométriques : Une arnaque

Le 15 septembre 2017, le vice-ministre des Affaires étrangères, Agée Aje Matombe, a créé la...

Alternance pacifique

Alternance pacifique

Des Congolais ont décidé de faire respecter la Constitution en imposant une alternance...

Le peuple observe

Le peuple observe

La rentrée parlementaire a eu lieu, hier vendredi 15 septembre, au Palais du peuple. Elle...

Imprimer

L’ONU prête à envoyer 12.000 Casques bleus en Centrafrique

Écrit par Cyprien K. Publié dans Afrique


C’est à la suite du rapport sur la situation sécuritaire en Centrafrique présenté par les experts de l’Organisation des Nations Unies, lundi au Conseil de sécurité que cet organe chargé de maintient de la paix a autorisé l’envoi en Centrafrique de 12. 000 Casque bleus. Un déploiement qui sera effectif en septembre prochain.



La  situation sécuritaire en Centrafrique depuis le départ du président ex-chef rebelle de la Séléka  ne s’améliore toujours pas. Derrière ce sont des centaines de milliers des civils qui vivent sous les effets d’une crise humanitaire indescriptible. Cela, sans compter aux victimes de l’intolérance religieuse et communautaire tombent chaque jours dans ce pays qui n’espère qu’une intervention soutenue de la Communauté internationale.

En séjour à Kinshasa, à l’occasion des assises du deuxième forum mondial des femmes francophones, la présidente de la transition centrafricaine Catherine Samba, a fait état de la situation sécuritaire chaotique que connait son pays.

Elle a, pour restaurer la paix dans son pays, sollicité l’implication de la Communauté internationale. A l’ONU, l’on se dit prêt à l’envoi d’une intervention onusienne constituée de 12.000 hommes. Une lueur d’espoir pour les populations civiles centrafricaines qui donnent l’impression de vivre l’enfer sur terre.

Ces troupes de l’Onu qui ne seront opérationnelle en Centrafrique qu’au mois de septembre prochain, viendront assurer la relève de 6.000 hommes de l'Union africaine (la Misca) déjà sur place aux côtés de 2.000 militaires français, rapporte une dépêche de l’AFP.

Mais bien avant d’y arriver, la France devrait soumettre avant fin mars un projet de résolution à ses partenaires, dont certains sont réticents. Une première discussion est prévue aujourd’hui jeudi au Conseil, ajoute la même source.

« J'espère qu'il y aura consensus au Conseil comme pour le Mali, mais nous n'y sommes pas encore", reconnait un haut responsable des Nations unies

Tout le monde, résume un diplomate du Conseil, « s'accorde à dire qu'il devrait y avoir une opération de maintien de la paix, sans doute d'ici fin septembre (...) Mais il reste énormément de travail » : en définir la taille, le mandat, le financement et accélérer la transition politique à Bangui pour éviter l'enlisement.

Reste à savoir si l’Union africaine se montrera prête à abandonner à l’ONU le contrôle de l’opération qu’elle depuis des mois en Centrafrique.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Un casque bleu de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a été tué hier dans le territoire de Beni dans la province...