A la Une

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Entre les miniers et l’État congolais, ce n’est pas encore le langage des sourds. Mais à...

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

La vérité va certainement éclater dans les prochains jours sur le double meurtre de deux experts...

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Le message de l’assemblée plénière ordinaire de la CENCO adressé aux Congolais, le 23 juin,...

Double enquête

Double enquête

Les provinces du Kasaï ont connu une tragédie qui exige que justice soit faite aux victimes des...

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

«L’étendue des atrocités, des destructions et des souffrances infligées aux populations...

Imprimer

RDC: l’opposition appelle la population à défendre la Constitution

Écrit par Matshi. Publié dans Online Dépêches

La plateforme Sauvons la RDC a appelé la population à se prendre en charge en faisant échec à la révision de la Constitution que la Majorité présidentielle s’apprete à opérer.  C’était à  l'issue d'une convention tenue à Kinshasa, jeudi 3 avril.


Cette frange de l'opposition, avec Vital Kamerhe et Martin Fayulu en tête, a juré de barrer la route à toute tentative de révision constitutionnelle.

« Touche pas à ma Constitution », avec ce slogan, cette frange de l’opposition invite la population congolaise à user de tous ses droits pour empêcher la « confiscation » du pouvoir par un groupe de citoyens. Le message s’adresse surtout à la majorité, soupçonnée de vouloir prolonger le mandat du président Joseph Kabila. Un mandat qui prend fin constitutionnellement en décembre 2016.

 « Réviser la Constitution amènerait des modifications qui touchent à la loi électorale, qui touchent au mode de scrutins et même des actions qui vont dans le sens de changer carrément la République. Ce serait une autre République qui serait inaugurée dans la ligne de ce que la majorité présidentielle prévoit », a explique sur RFI le rapporteur des travaux de la convention, Vincent Okoyo Nembe du Rassemblement congolais pour la démocratie Kisangani-Mouvement de libération (RCD/K-ML).

Selon l'Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, la mise en place du gouvernement de cohésion nationale serait conditionnée par le vote des réformes constitutionnelles, notamment celles qui concernent le mode de scrutin des élections provinciales et locales. On passerait ainsi d'élections au suffrage universel à des élections au suffrage indirect
La plate-forme de l’opposition « Sauvons la RDC » a donc prévenu jeudi 3 avril le chef de l’État Joseph Kabila et sa famille politique de « ne pas modifier un seul iota de la constitution », au terme d’une convention de quatre jours destinée à unifier l’opposition et à faire un diagnostic sur la situation politique du pays.

Cette plate-forme de l’opposition a proposé sa feuille de route relative au processus électoral en RDC et adopté une soixantaine de résolutions. Ces dernières visent, selon ses auteurs, la refondation d’un État de droit réellement démocratique.

Pour «Sauvons la RDC», la démocratie du Congo doit reposer sur des fondations solides, notamment une réelle indépendance de la Commission nationale électorale indépendante.

Dans sa feuille de route relative au processus électoral, la plate-forme de l’opposition suggère notamment : l’organisation, en mai prochain, d’un dialogue inclusif ;  la révision de la loi électorale durant la session parlementaire en cours ; la requalification du bureau de la Ceni  et l’élaboration de la cartographie électorale au deuxième semestre de l’année.

« Sauvons la RDC » exige en outre l’organisation d’élections locales, municipales, urbaines et provinciales combinées et au suffrage universel direct, rejetant en bloc le mode du scrutin indirect proposé par la Ceni qui, selon, n’en a pas qualité.

Ces opposants disent attendre de voir se réaliser la passation de pouvoir entre le président de la République en exercice, Joseph Kabila, et le nouveau président élu le 15 décembre 2016, comme annoncé par un des membres de la MP.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir