Imprimer

Investissements : des experts de la Banque mondiale échangent avec le monde des affaires à Boma

Écrit par Olivier Kaforo. Publié dans Economie

Bas-Congo

Un groupe d’experts de la Banque mondiale a séjourné, du 29 au 30 mai à Boma, dans le cadre de l’élaboration de la stratégie de relance de l’agro-industrie dans cette partie du pays. L’information a été rendue publique par l’inspecteur urbain de l’agriculture de cette contrée, Kuika Tsoni. C’était à l’issue d’une réunion de travail  tenue avec la mission de la Banque mondiale, à laquelle étaient associés les opérateurs des filières huile de palme, cacao, café, latex, riz et bovin.


La délégation de la Banque mondiale a, à cet effet, fourni à ses interlocuteurs des explications relatives à la relance de l’agro-industrie. Il a relevé les contraintes auxquelles le monde des affaires fait face, avant de proposer des pistes de solutions en vue de la relance effective des filières citées ci-haut.

Au terme de l’échange entre les deux parties, il a été observé que le vieillissement des plantations, le manque d’entretien des routes de desserte agricole, la baisse de la mercuriale constituent les contraintes qui ne favorisent pas la relance des filières évoquées.

Pour pallier ces difficultés, les deux parties ont préconisé, entre autres, le rajeunissement des plantations ; la relance des usines de torréfaction à Boma, Lukula, et Tshela ; la production des pépinières pour la culture du café, du cacao, du latex et du  riz à Lukula, Tshela, Seke Banza. A ceci s’ajoutent l’ouverture des routes de desserte agricole et la production des pépinières des palmiers nains.

La mission de la Banque mondiale a recommandé aux opérateurs économiques œuvrant dans ces filières d’élaborer des projets  le plus rapidement possible, afin de relancer les activités dans leurs milieux respectifs.

S’ouvrir au monde

En juillet 2013, le ministre de l’Agriculture et Développement rural, Jean-Chrysostome Vahamwiti, a plaidé pour le financement du plan national d’investissement agricole de la RDC (PNIA), estimé à 5 730 000 000 pour une période allant de 2013 à 2020. Il a lancé cet appel à l’ouverture d’un «Business meeting» qui s’est déroulé du 7 au 8 novembre 2013 au Grand Hôtel Kinshasa.

A ce jour, le gouvernement et ses partenaires techniques ont déjà contribué à hauteur de 2 milliards 46 millions 600 mille dollars américains, soit 35,7% du montant global. Le fonds qui reste à pourvoir est de l’ordre de 3 milliards 684 millions de dollars américains (environ 64,3% du budget total) de ce plan agricole.

Pour les huit prochaines années, le PNIA entend promouvoir les filières agricoles et de l’agri-business, gérer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et des réserves stratégiques, investir dans la recherche, la vulgarisation et l’enseignement agricole. Ce plan veut faire de l’agriculture le socle du développement économique de la RDC.

Le forum du Grand Hôtel Kinshasa a permis au gouvernement de présenter aux partenaires nationaux et étrangers les opportunités d’investissement dans le secteur de l’agriculture.

Pour encourager les investissements, le gouvernement a préconisé, notamment la défiscalisation progressive du secteur de l’agriculture, l’exonération des intrants agricoles, la création d’un fonds de crédit agricole et la création d’une banque agricole de crédit.

Le plan agricole congolais s’inspire du Programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA), mis en place en juillet 2003, à Maputo (Mozambique).

Le ministre de l’Agriculture et Développement rural, Jean-Chrysostome Vahamwiti, a assuré que la RDC était prête à offrir près de deux mille opportunités d’investissements agricoles à ses partenaires.

Il a par ailleurs remercié les investisseurs qui, depuis des années, ont accepté de travailler en collaboration avec le gouvernement congolais.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Un casque bleu de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a été tué hier dans le territoire de Beni dans la province...